Dégâts causés par des tirs d'obus à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine.

Guerre en Ukraine : l’ONU alarmée par la situation humanitaire dramatique à Marioupol

© UNICEF/Evegeniy Maloletka
Dégâts causés par des tirs d'obus à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine.

Guerre en Ukraine : l’ONU alarmée par la situation humanitaire dramatique à Marioupol

Aide humanitaire

Plus de 90% de tous les hôpitaux et écoles de Marioupol, dans le sud de l'Ukraine, ont été endommagés, tandis que 40% d’entre eux ont été complètement détruits, a indiqué  jeudi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) dans son dernier rapport de situation sur la guerre dans ce pays.

Ceci pose un problème d’accès limité, qui empêche les personnes souffrant de blessures liées à un traumatisme d’obtenir l’aide vitale dont elles ont désespérément besoin.

Selon l’ONU, une telle donne expose également les personnes souffrant de maladies chroniques à un risque accru de voir leur état se détériorer considérablement. Outre la santé, le secteur du logement et de l’éducation ont subi le poids des combats incessants dans la ville portuaire de Marioupol. 

Selon les autorités locales, plus de 2.300 maisons ont été endommagées, dont 1.000 ont été complètement détruites, laissant des dizaines de personnes dans le besoin désespéré d’une relocalisation immédiate et de solutions d’hébergement durables dans des endroits sûrs à Marioupol.

Plus largement, plus de 82 attaques ont été confirmées contre les soins de santé dans toute l’Ukraine, selon un décompte établi le 30 mars par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ces attaques ont fait 72 morts et 43 blessés. 

Selon l’OMS, plus de 60% de toutes les attaques contre les soins de santé dans le monde se sont produites en Ukraine, dont plus de 86% de tous les décès liés à des attaques contre la santé dans le monde.

Livraison de fournitures médicales à une maternité en Ukraine.
© UNICEF/Andriy Boiko
Livraison de fournitures médicales à une maternité en Ukraine.

L’Est de l’Ukraine reste la plus grande préoccupation des agences humanitaires

Ces attaques contre les infrastructures civiles n’épargnent pas les habitations et les écoles. Selon le ministère ukrainien de l’Éducation, « 698 établissements d’enseignement ont été endommagés et 75 autres complètement détruits à ce jour ».

Plus largement, l'ONU estime que la situation humanitaire à Marioupol reste « désastreuse ». Sur le terrain, les besoins continuent de s’accumuler et des couloirs sûrs sont nécessaires pour que l’aide puisse être acheminée et que les personnes puissent être évacuées en toute sécurité de la ville encerclée. Les quelque 160.000 personnes qui restent dans la ville ravagée par le conflit sont privées d’eau, de nourriture, d’électricité, de gaz, de chauffage et de communications.

L’Est de l’Ukraine reste la plus grande préoccupation pour les organismes humanitaires. Selon l’OCHA, il est de plus en plus difficile de répondre aux besoins croissants dans un contexte de contraintes persistantes en matière d’accès, de logistique et de sécurité.

Alors que les hostilités font rage, les agences des Nations Unies et les partenaires humanitaires continuent d’apporter une aide humanitaire vitale à un plus grand nombre de personnes, malgré les difficultés opérationnelles auxquelles ils sont confrontés.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fait savoir qu’un mois après le début du conflit, il fournissait une aide alimentaire d’urgence à 1 million de personnes en Ukraine

Les agences et partenaires de l’ONU intensifient massivement leurs efforts de réponse, avec plus de 1.230 membres du personnel de l’ONU désormais sur le terrain en Ukraine. Plus de 110 organisations humanitaires mettant en œuvre ou prévoyant de mettre en œuvre des activités à travers le pays.