Obtenir un cessez-le-feu mondial, aider les plus vulnérables, préparer la reprise : les 3 priorités de l’ONU

30 avril 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a affiché jeudi la détermination des Nations Unies à gagner la bataille contre le Covid-19, en se focalisant sur trois priorités : obtenir un cessez-le-feu mondial, aider les plus vulnérables et préparer la reprise économique et sociale.

Lors d’une conférence de presse virtuelle, il s’est dit en particulier préoccupé « par le manque de solidarité suffisante avec les pays en développement - à la fois en les équipant pour répondre à la pandémie de Covid-19, qui risque de se propager comme une traînée de poudre, et pour faire face aux effets économiques et sociaux dramatiques ».

Il a souligné la mobilisation de l’ensemble du système des Nations Unies, aussi bien sur le terrain qu’au siège à New York, pour sauver des vies, éviter la famine et planifier la reprise.

Il a cité en particulier les vols de solidarité qui ont permis de livrer près de 1.200 tonnes de kits de test et d'autres fournitures médicales essentielles à 52 pays d'Afrique.

Le Secrétaire général a surtout souligné trois dimensions clés des efforts des Nations Unies face à la pandémie de Covid-19.

Le premier objectif est de parvenir à un cessez-le-feu mondial. Le chef de l’ONU a noté que son appel au cessez-le-feu a rencontré un large écho, avec l'appui de 114 gouvernements, organisations régionales, chefs religieux et de plus de 200 groupes de la société civile couvrant toutes les régions, et parmi eux, 16 groupes armés.

« Mais nous savons que la méfiance reste élevée et qu'il est difficile de passer à la mise en œuvre », a-t-il ajouté, précisant que ses représentants spéciaux et envoyés travaillaient sans relâche, avec sa propre implication directe lorsque cela est nécessaire, pour transformer les intentions exprimées en cessez-le-feu efficaces.

Il a noté avec satisfaction qu’en Syrie, le cessez-le-feu dans la région d'Idlib est respecté, mais qu’il espérait toujours que les hostilités prendront fin dans tout le pays. Au Yémen, il a estimé qu’il y avait une possibilité de paix.

En revanche en Libye, « nous assistons à une escalade malgré tous nos efforts et ceux de beaucoup d'autres dans la communauté internationale », a-t-il dit.

Selon lui, tous ces efforts dépendent d'un fort soutien politique et il a souhaité que le Conseil de sécurité « adopte des décisions qui pourront aider à rendre les cessez-le-feu significatifs et réels ».

Soutien massif nécessaire pour les pays en développement

La deuxième priorité de l’ONU est de continuer à répondre aux besoins immédiats des personnes confrontées aux difficultés économiques les plus graves.

« Je continue de plaider en faveur d'un plan de secours global représentant un pourcentage à deux chiffres de l'économie mondiale, au moins 10%», a-t-il déclaré. « La plupart des pays développés peuvent s’en sortir avec leurs propres ressources. Mais les pays en développement ont besoin d'un soutien massif et urgent ».

La troisième priorité est de commencer dès maintenant la planification de la reprise.

« Le rétablissement après le Covid-19 peut aider à orienter le monde sur une voie plus sûre, plus saine, plus durable et inclusive », a dit le Secrétaire général.

Selon lui, il sera essentiel « de remédier aux fragilités, aux inégalités et aux lacunes de la protection sociale qui ont été si douloureusement exposées, et de placer les femmes et l'égalité des sexes au centre des préoccupations si nous voulons renforcer la résilience aux chocs futurs ».

« Et la reprise doit aller de pair avec l'action climatique », a-t-il ajouté. A cet égard, il a appelé les gouvernements à veiller à ce que les dépenses pour revitaliser les économies accélèrent la décarbonisation de tous les aspects de l’économie et privilégient la création d'emplois verts. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guterres : « Nous devons continuer à prouver que le multilatéralisme est utile »

A l’occasion de la Journée internationale du multilatéralisme et de la diplomatie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé à faire évoluer la coopération internationale avec son temps, alors que le monde affronte la pandémie de Covid-19