Financement du développement : l’ONU appelle à une réponse audacieuse pour mieux rebâtir l'après Covid-19

23 avril 2020

Les 193 États membres des Nations Unies ont appelé jeudi à une action mondiale coordonnée et décisive pour affronter les retombées de la pandémie de Covid-19 et reconstruire des économies renforcées et résilientes.

Les États membres ont lancé cet appel dans un document final de consensus lors d'une réunion informelle du Forum sur le financement du développement du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) aujourd'hui.

« Les pays en développement ont besoin d'un soutien massif et urgent », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres. « Il est maintenant temps de respecter notre engagement à ne laisser personne de côté. Le Covid-19 a mis en évidence les inégalités et les injustices mondiales qui ne peuvent pas continuer, y compris l'inégalité entre les sexes ».

Le Forum est convoqué par l'ECOSOC et accueille généralement des dizaines de ministres des finances, des affaires étrangères et de la coopération au développement du monde entier, ainsi que les chefs d'agences des Nations Unies, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI).

Cette année, le document final a été le premier des États membres de l'ONU à aborder collectivement les problèmes de financement posés par le coronavirus.

Les pays en développement ont besoin d'un soutien massif et urgent - António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

« Le Covid-19 montre qu'il est plus important que jamais de se concentrer sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Par conséquent, des questions telles que la mobilisation des ressources, le financement illicite, la dette et l'autonomisation des femmes doivent être des priorités », a déclaré la Présidente de l'ECOSOC, Mona Juul.

LIRE AUSSI | La CNUCED propose un accord mondial sur la dette pour éviter un désastre économique

« Avec des quantités de nouveaux chômeurs, les inégalités entre pays et peuples s'aggravent déjà. Les économies les plus faibles ne pourront pas se rétablir sans des mesures globales et coordonnées immédiates », a ajouté celle qui est également Ambassadrice de Norvège auprès des Nations Unies.

Soulignant que les organes multilatéraux sont essentiels dans la réponse au Covid-19, le Secrétaire général de l’ONU a déclaré que le rôle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) était vital dans la lutte contre le Covid-19 et a appelé à un soutien à l’agence onusienne.

Pour s'attaquer au Covid-19, le Forum a appelé la communauté mondiale à assurer de toute urgence le flux de fournitures médicales vitales, de produits agricoles et d'autres biens et services à travers les frontières. En particulier, ils ont instamment demandé que les mesures d'urgence mises en place pour lutter contre le Covid-19 soient « ciblées, proportionnées, transparentes et temporaires » et qu’elles soient conformes aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et ne créent pas d'obstacles inutiles au commerce ou de perturbation des chaînes d'approvisionnement mondiales.

Aider les pays disposant de faibles systèmes de santé et protéger les personnes les plus vulnérables

Les mesures immédiates nécessaires pour empêcher l'effondrement économique à la suite du Covid-19, ont déclaré les États membres, devraient se concentrer sur les pays dans des situations particulières, tels que ceux dont les systèmes de santé sont faibles et les ressources limitées pour investir dans ces systèmes ou dans la protection sociale. Ils ont déclaré que ces pays doivent avoir ciblé les secours, car ils auront le plus grand défi à la fois pour faire face à la pandémie et pour se remettre ensuite. Ils ont également souligné que les stratégies mondiales de relèvement devaient protéger les personnes les plus vulnérables, en tenant compte des droits de l'homme.

« Pour nous remettre de cette crise, nous devons avancer des mesures financières audacieuses aux niveaux national, et surtout régional et mondial », a déclaré Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales. « Nos actions doivent être bien alignées sur le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et le Programme d'action d'Addis-Abeba pour nous assurer de reconstruire en mieux, d’une manière durable et résiliente », a ajouté M. Liu, qui préside le Groupe de travail interinstitutionnel sur le financement du développement.

Pour nous remettre de cette crise, nous devons avancer des mesures financières audacieuses aux niveaux national, et surtout régional et mondial - Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales

Selon les États membres de l’ONU, il sera crucial de minimiser les dommages économiques et sociaux de la pandémie, de restaurer la croissance mondiale, de maintenir la stabilité du marché et de renforcer la résilience.

Les actions recommandées comprennent :

• Résoudre les vulnérabilités de la dette, car le Covid-19 pourrait augmenter considérablement le nombre de pays en situation de surendettement.
• Augmenter le financement concessionnel, en particulier pour les pays les moins avancés.
• Exploiter la technologie et intensifier la collaboration sur les vaccins et les innovations des systèmes de santé.
• Réaffirmer la détermination à lutter contre les flux financiers illicites.
• Garantir l'accès au financement pour les petites entreprises, ainsi que pour les femmes, les jeunes entrepreneurs et les personnes handicapées, qui sont affectés de manière disproportionnée par le Covid-19.
• Renforcer la réponse mondiale aux urgences climatiques, soutenir l'atténuation du changement climatique et renforcer la résilience.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les secteurs économiques et sociaux s'efforcent d'atténuer les effets du Covid-19 (OIT)

La crise du Covid-19 a un effet dévastateur sur tous les secteurs sociaux et économiques. Dans une série de notes de synthèse, l'Organisation internationale du travail (OIT) analyse la manière dont la pandémie affecte le fonctionnement de ces secteurs et la façon dont ils réagissent pour en atténuer les effets.