Syrie : l’envoyé de l’ONU fait part de progrès dans les discussions pour trouver une solution politique

30 avril 2019

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, a fait part mardi devant le Conseil de sécurité de progrès dans les discussions pour trouver une solution politique au conflit dans ce pays.

« Je crois que nous faisons des progrès. J'espère que la prochaine fois que je vous informerai, je serai en mesure de faire état de réalisations concrètes sur le long chemin qui mène à un règlement politique du conflit en Syrie », a dit M. Pedersen devant les Etats membres.

Il a précisé qu’il avait passé les huit dernières semaines à faire la navette entre le gouvernement syrien et l'opposition et à consulter les acteurs clés.

« Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour rétablir la confiance et ouvrir la porte à un processus politique à Genève entre le gouvernement syrien et l’opposition », a-t-il déclaré. Selon lui, « après huit années de conflit, ce processus sera long et difficile, mais je pense qu’il est possible de progresser pas à pas ».

M. Pedersen a dit qu’il espérait que ses contacts réguliers avec les parties au conflit permettraient de continuer à renforcer la confiance et que ces consultations pourraient évoluer vers un dialogue soutenu.

Mais, au-delà du dialogue, il a jugé des mesures et des progrès tangibles sur le terrain. Il s’est inquiété de la récente flambée de violence ces dernières semaines dans et autour de la zone de désescalade d’Idlib. « La désescalade doit être consolidée. Idlib n'est pas la seule partie de la Syrie à rester fortement militarisée et où les Syriens continuent de souffrir », a-t-il dit.

Concernant les personnes détenues/enlevées, l’envoyé de l’ONU a rappelé qu’il avait demandé au gouvernement syrien et à l’opposition une augmentation et une accélération des libérations. Selon lui, des progrès dans ce domaine « enverraient un signal positif aux Syriens ».

Selon M. Pedersen, pour qu’une solution politique soit durable, il faut qu’elle réponde aux aspirations de la population syrienne. Il s’est fixé comme priorité d’avoir des contacts avec un large éventail de Syriens.

Quant au Comité constitutionnel, qui serait chargé d’élaborer une nouvelle Constitution, l’envoyé de l’ONU a précisé qu’il continuait d'œuvrer à la conclusion d'un accord final « sur la composition et le mandat d'un comité constitutionnel crédible, équilibré, inclusif et viable ».

M. Pedersen a enfin jugé nécessaire d’approfondir le dialogue international sur la Syrie.

« Oui, un règlement politique crédible et durable doit être dirigé et pris en main par les Syriens. Cependant, le processus et ses résultats doivent bénéficier de l'appui et de la légitimité de la communauté internationale », a-t-il dit. « Je reste convaincu que les principaux acteurs internationaux s'accordent sur bien plus qu'il n'y paraît. Je pense que tous comprennent la nécessité d'une coopération internationale sur la Syrie ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Syrie, les personnes handicapées ne doivent pas être les oubliées du conflit

La réfugiée syrienne Nujeen Mustafa et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) ont appelé mercredi les membres du Conseil de sécurité à soutenir et à protéger les personnes handicapées en Syrie en raison de leur plus grande vulnérabilité face au conflit.