A la COP24, Bertrand Piccard présente 1.000 solutions protectrices de l’environnement et … rentables

10 décembre 2018

À la Conférence de l’ONU sur le climat (COP24) à Katowice, en Pologne, le Suisse Bertrand Piccard et sa fondation Solar Impulse ont présenté aux gouvernements et au secteur privé 1.000 solutions protectrices de l’environnement tout en étant rentables.

Solar Impulse a identifié et rassemblé 1.000 solutions existantes pour aider le secteur privé à adopter des mesures respectueuses de l’environnement tout en leur permettant de dégageant des bénéfices. La Fondation a évalué leur impact positif sur l’environnement ainsi que leur rentabilité.

« C’est ce qui peut faire toute la différence pour la protection de l’environnement : montrer que c’est rentable, que les gens peuvent créer des emplois et gagner de l’argent avec », a déclaré Bertrand Piccard, qui fut le premier homme à avoir effectué en 2016 le premier tour du monde dans un avion uniquement alimenté en énergie solaire.

Cherchant à « combler le fossé entre l'écologie et l'économie », l'initiative 1.000 solutions efficaces a été lancée il y a plus d'un an. À ce jour, plus de 1.500 entreprises y ont adhéré. Plus de 600 projets sont en cours d'évaluation et 58 solutions ont déjà reçu le label Solar Impulse sur la durabilité et la rentabilité.

« En conclusion, le plus grand marché industriel et l’opportunité financière du siècle consistent à transformer les anciens dispositifs, systèmes et infrastructures inefficaces et polluants, en des procédés, équipements, systèmes, technologies et solutions efficaces, propres et beaucoup plus rentables », a déclaré Bertrand Piccard dans un entretien accordé à ONU Info.

Qu'il s'agisse de solutions visant à rendre les maisons neutres en carbone ou à stocker l'énergie et la chaleur à celles permettant de développer des systèmes de refroidissement plus propres ou de produire de l'acier inoxydable de manière plus efficace et plus économique, l’aéronaute suisse espère que cette collection de solutions contribuera à démontrer que les entreprises peuvent agir en faveur du climat maintenant, qu’elles n’ont pas à attendre jusqu'en 2050 et qu’il s’agit de « gagner, et non pas de perdre ».

1.000 solutions particulièrement critiques pour les communautés les plus pauvres et isolées

Les 1.000 solutions répertoriées par Solar Impulse sont particulièrement critiques pour les communautés les plus pauvres et les plus isolées du monde, ces dernières dépendant très souvent des autres pour leurs besoins en énergie.

« L’énergie – si (ces communautés) la produisent localement avec le soleil, le vent, la biomasse, les vagues, l’hydroélectricité sur une petite rivière - leur permettrait de développer leur richesse, leur stabilité sociale et la paix », a expliqué Bertrand Piccard. « Elles n'auraient pas besoin de se battre pour l'énergie, car elles la produiraient elles-mêmes ».

Le fondateur de Solar Impulse reconnait qu'un tel changement nécessite un investissement de départ de la part d'une entité externe disposée à partager les bénéfices avec ces communautés. « Nous constatons aujourd’hui que les solutions les plus rentables nécessitent un peu plus d’investissement initial et qu’elles rapportent ensuite beaucoup plus d’argent », a-t-il dit. « Prenez les autobus électriques : un autobus électrique coûte un peu plus cher qu'un autobus à moteur diesel, mais sur 10 ans, ce qui correspond à la durée de vie habituelle d'un autobus, il permet de réaliser des économies de l'ordre de 400.000 dollars ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Avant la réunion sur les migrations à Marrakech, la COP 24 s'attaque au défi des déplacements climatiques

Alors que des centaines de décideurs se dirigent vers Marrakech pour convenir de nouvelles normes pour les migrations mondiales, la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP24) a examiné samedi les moyens concrets d'aider les pays à affronter les déplacements massifs causés par les effets du changement climatique, tels que la pénurie d'eau, les inondations, les tempêtes et l’élévation du niveau de la mer.