COP24 : les entreprises, partenaires indispensables de l’action pour le climat

10 décembre 2018

A la Conférence de l’ONU sur le climat (COP24), les entreprises ne sont plus seulement perçues comme les principaux responsables du changement climatique, mais aussi comme des partenaires indispensables de l’action en faveur du climat.

La deuxième semaine de la COP24 à Katowice, en Pologne, fut l’occasion pour les délégués d’aborder l’action du secteur privé en faveur du climat.

Construction, transports, agriculture et pêche, commerçants et grande distribution, restauration. Pendant des années, les entreprises – grandes, petites ou moyennes – de ces secteurs ont longtemps été pointées du doigt comme étant les principaux émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde. Les acteurs du secteur privé ont souvent été accusés de faire passer leurs profits avant la protection de l’environnement.

Mais les choses changent. Progressivement, les nouvelles technologies et de nouveaux modèles de développement économique transforment les stratégies et le fonctionnement du secteur privé. Désormais, les chefs d'entreprise n'ont plus à choisir entre gagner de l'argent et être respectueux de la planète. Les deux sont possibles.

Piccard présente 1.000 solutions protectrices de l’environnement et rentables

 

C’est l’un des principaux messages qui a été transmis aux participants de la COP24, où des négociations sont en cours sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat adopté en 2015. Dans la capitale française, 197 Etats parties se sont engagées à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.

« Nous appelons toutes les entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions à fixer leurs objectifs scientifiques à un nouveau niveau d'ambition, celui qui correspond à l'objectif de 1,5 °C », a déclaré Lise Kingo, la présidente et directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies qui rassemblent 9.500 petites, moyennes et grandes entreprises privées engagées dans le développement durable.

Pour Mme Kingo, il n’y a pas d’autres alternatives. « C'est le seul moyen d'atteindre notre objectif de l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 », a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse aux côtés des dirigeants de compagnie de transport maritime Maersk, du producteur de confiserie Mars et du géant de la gestion de l'eau et des déchets Suez.

Lors de cette COP 24, des dizaines d’entreprises de l’industrie de la mode ont signé une charte dans laquelle elles s’engageaient à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Les grandes marques de l’industrie de la mode s’engagent en faveur du climat

 

Selon le Pacte mondial des Nations Unies, près de la moitié des entreprises figurant au Fortune 500 – le classement des 500 premières entreprises américaines – se sont fixées des objectifs clairs en matière d’énergie ou de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

En 2016, 190 de ces 500 entreprises ont réalisé des économies totales de l’ordre de 3,7 milliards de dollars grâce aux mesures qu’elles ont adoptées pour la réduction de leurs émissions. Un chiffre qui montre concrètement que développement économique et action climatique vont de pair.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Avant la réunion sur les migrations à Marrakech, la COP 24 s'attaque au défi des déplacements climatiques

Alors que des centaines de décideurs se dirigent vers Marrakech pour convenir de nouvelles normes pour les migrations mondiales, la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP24) a examiné samedi les moyens concrets d'aider les pays à affronter les déplacements massifs causés par les effets du changement climatique, tels que la pénurie d'eau, les inondations, les tempêtes et l’élévation du niveau de la mer.