Sri Lanka : le PAM lance une intervention d’urgence dans un contexte de crise alimentaire

16 juin 2022

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a entamé, jeudi, une distribution de bons alimentaires aux femmes enceintes dans les quartiers mal desservis de Colombo, au Sri Lanka, marquant ainsi le début d’une intervention d’urgence dans le pays.

Les bons d’achat mensuels, d’une valeur de 15.000 roupies (40 dollars), permettront à plus de 2.000 femmes d’acheter les denrées alimentaires dont elles ont tant besoin. Ils sont distribués parallèlement aux soins prénatals dispensés par la division de la santé publique du conseil municipal de Colombo (CMC). 

« Les mères enceintes ont besoin de manger des repas nutritifs tous les jours, mais les plus pauvres ont de plus en plus de mal à se procurer les produits de base », a déclaré dans un communiqué, Anthea Webb, Directrice régionale adjointe du PAM pour l’Asie et le Pacifique depuis Colombo.

Le PAM s’efforce ainsi de fournir une aide alimentaire, une aide en espèces et des bons d’alimentation à trois millions de personnes parmi les plus vulnérables qui ne peuvent plus satisfaire leurs besoins alimentaires en raison de la crise économique sans précédent que traverse le Sri Lanka. « Lorsqu’elles sautent des repas, elles mettent leur santé et celle de leurs enfants en danger », a ajouté Mme Webb.

Le Sri Lanka traverse depuis début 2022 la pire crise économique de son histoire. Et l’ONU estime que près de 2 millions de Sri-Lankais sont dans une situation humanitaire critique. Sur le terrain, l’inflation des prix des denrées alimentaires à Colombo a atteint le niveau record de 57,4% en mai.

Le Sri Lanka est confronté à une crise économique multidimensionnelle.
Banque mondiale/Lakshman Nadaraja
Le Sri Lanka est confronté à une crise économique multidimensionnelle.

Cinq millions de Sri-lankais souffrent d’insécurité alimentaire

Selon l’agence onusienne basée à Rome, les pénuries généralisées de carburant pour la cuisine et les transports font que les familles pauvres ont du mal à se procurer de la nourriture. Près de cinq millions de personnes, soit 22% de la population sri-lankaise, souffrent d’insécurité alimentaire et ont besoin d’aide.

Les aliments nutritifs, tels que les légumes, les fruits et les produits riches en protéines, sont désormais hors de portée de nombreuses familles à faible revenu. Les récentes enquêtes du PAM indiquent que 86% des familles ont recours à au moins un mécanisme d’adaptation, notamment en mangeant moins, en consommant des aliments moins nutritifs, voire en sautant carrément des repas.

« Les familles pauvres des villes et celles qui travaillent dans les domaines ont vu leurs revenus s’effondrer alors que les prix du marché ont explosé. Chaque jour qui passe voit une augmentation des prix des denrées alimentaires et des carburants dans le monde, il est donc vital d’agir maintenant », a insisté la Directrice régionale adjointe du PAM.

La réponse du PAM s’inscrit dans le cadre du plan de priorités et de besoins humanitaires lancé par les Nations unies au Sri Lanka le 9 juin, qui a demandé 47 millions de dollars pour fournir une assistance vitale à 1,7 million de personnes de juin à septembre. Comme il craint que les besoins alimentaires et nutritionnels persistent au-delà de septembre, le PAM estime qu’il lui faudra 60 millions de dollars pour venir en aide à trois millions de personnes de juin à décembre 2022. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.