Afghanistan : la suspension de l’aide internationale entraîne la fermeture de plus de 2.000 structures de santé

Plus de 18 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire en Afghanistan.
Photo : UNICEF/Afghanistan
Plus de 18 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire en Afghanistan.

Afghanistan : la suspension de l’aide internationale entraîne la fermeture de plus de 2.000 structures de santé

Santé

L’interruption du financement du projet Sehatmandi - l’épine dorsale du système de santé afghan – prive déjà des millions d’Afghans vulnérables de soins de santé essentiels, a alerté lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, la suspension de l’aide internationale entrée en vigueur fin août 2021 signifie que plus de 2.000 de ces établissements de santé (90%) ont temporairement fermé leurs portes depuis le dimanche 5 septembre 2021.

Le projet Sehatmandi est la principale source de soins de santé dans le pays, dispensés par plus de 20.000 agents de santé dans plus de 230o structures de santé.

En 2020, plus de 30 millions de personnes ont bénéficié des services de santé fournis par le projet, auxquels s’ajoutent 1,5 million d’enfants vaccinés.

Eviter des milliers de maladies et de décès évitables

« Ce sont les plus pauvres des pauvres qui souffriront le plus longtemps de la coupure de cette bouée de sauvetage. Nous savons que les donateurs sont soumis à des contraintes complexes et nous apprécions qu’ils travaillent dur pour trouver des solutions », a déclaré dans un communiqué, le Dr Ahmed Al-Mandhari, Directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale.

« Si l’on n’y remédie pas de toute urgence, la perte d’accès aux soins de santé pourrait entraîner des milliers de maladies et de décès évitables », a averti l’OMS. Sur le terrain, la réduction de l’accès aux soins de santé aggravera l’impact du conflit, de l’insécurité alimentaire, de la pauvreté et de la pandémie de Covid-19. 

« Les efforts visant à identifier un mécanisme de financement flexible pour la poursuite du projet Sehatmandi doivent être poursuivis de toute urgence ». En attendant, seuls 3% des 1318 lits d’isolement du nouveau coronavirus en Afghanistan restent fonctionnels, en raison de la fermeture de ces établissements de santé.

Pour l’OMS, cela entrave les efforts visant à contenir la Covid-19 dans un contexte de « risque accru de transmission dû à la circulation du variant Delta, de la faible couverture vaccinale et de déplacements de population à grande échelle ».

La moitié des enfants de moins de cinq ans confrontés à la malnutrition aiguë

En Afghanistan, 153.375 cas confirmés de Covid-19 dont 7.127 décès ont été signalés à l’OMS. Au 30 août 2021, un total de 1.979.652 doses de vaccin ont été administrées dans le pays.

Par ailleurs, l’OMS alerte sur les conséquences de la suspension du financement internationale sur les enfants. La moitié des enfants de moins de cinq ans en Afghanistan devraient être confrontés à la malnutrition aiguë cette année. « Et les perturbations des services de soins de la malnutrition auront des conséquences dévastatrices », a mis en garde l’Agence onusienne.

De plus, l’accès des femmes aux agents de santé féminins serait également gravement affecté. Mais pour atténuer ces effets, l’OMS travaille avec des ONG partenaires pour assurer la continuité des services dans environ 500 établissements de santé prioritaires touchés par la pause de financement.

A noter qu’avant la pause de financement, les activités de soins de santé essentiels telles que la vaccination de routine, les soins contre la malnutrition, les soins prénataux et les services aux femmes enceintes étaient déjà interrompues par le conflit et l’insécurité. Selon l’OMS, au moins neuf des 37 hôpitaux de la Covid-19 avaient déjà interrompu leurs activités.

Une conférence de l’ONU sur l’Afghanistan prévue le 13 septembre à Genève

Face à cette urgence humanitaire, l’OMS s’est engagée à rester et à fournir des services en Afghanistan. Depuis le 15 août 2021, l’OMS a acheminé par voie aérienne des fournitures médicales vitales pour aider à couvrir les besoins sanitaires de base de plus de 200.000 personnes, ainsi qu’à réaliser 3.500 interventions chirurgicales et à traiter 6.500 traumatisés. D’autres transports aériens avec d’autres pays et partenaires sont prévus dans les jours et les semaines à venir.

Dans le cadre de l’appel pour l’Afghanistan lancé par les Nations Unies, l’OMS et les partenaires du secteur de la santé demandent 66 millions de dollars pour fournir des services de santé essentiels et vitaux à 3,4 millions de personnes jusqu’à la fin de l’année.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres tiendra à Genève une réunion le 13 septembre entre États membres afin d’accroître l’aide humanitaire à l’Afghanistan.

Lors de cette conférence, l’ONU plaidera « pour une augmentation rapide en matière de financement, afin que les opérations humanitaires qui sauvent des vies puissent continuer », avait précisé vendredi dernier le porte-parole du chef de l’ONU, Stéphane Dujarric dans un communiqué. « L’Afghanistan fait face à une catastrophe humanitaire imminente », a-t-il conclu, notamment en raison « d’un conflit prolongé, d’une grave sécheresse, et de la pandémie de Covid-19 ».