La baisse importante du coût des médicaments antirétroviraux est menacée par la Covid-19 (ONUSIDA)

3 mai 2021

Le militantisme de la société civile et la concurrence des fabricants de médicaments génériques ont fait baisser « de façon importante » les prix des médicaments antirétroviraux, a annoncé lundi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA). 

Le coût annuel des médicaments antirétroviraux est ainsi passé d’environ 14.000 dollars par personne par an pour les régimes de première intention dans les pays à revenu élevé en 1990 à environ 1.200 dollars par an dans les pays à revenu faible et intermédiaire en 2003. Selon l’ONUSIDA, le prix par personne et par an en Afrique subsaharienne était inférieur à 100 américain en 2018, pour la plupart des combinaisons à dose fixe incluant le Ténofovir. 

Entre 2016 et 2019, la baisse la plus remarquable a été observée avec le prix du Lamivudine abacavir, antirétroviral dont le prix a diminué de presque du tiers de son prix initial. Idem pour le prix du Lamivudine tenofovir éfavirenz, qui a baissé de 24%.

L’Inde, principal fournisseur des antirétroviraux génériques pour les pays en développement 

Les prix d’autres combinaisons à dose fixe ont également continué à baisser au cours des dernières années.

Alors qu’il reste une marge importante pour de nouvelles réductions de prix dans les pays où les médicaments antirétroviraux génériques ne sont pas encore facilement accessibles, les perturbations causées par la pandémie de Covid-19 pourraient avoir l’effet inverse. L’ONUSIDA redoute l’impact des mesures de confinement ou autres restrictions, des perturbations de la production, des restrictions aux frontières et de l’interruption des transports.

Toutes ces mesures pourraient menacer « d’affecter l’approvisionnement en matériaux ainsi que la fabrication et la distribution des médicaments contre le VIH ». Cela pourrait également avoir un impact sur le resserrement des facteurs d’approvisionnement, entraînant ainsi « une pression sur les prix du marché ».

Plus largement, l’ONUSIDA estime que la valeur du marché des médicaments antirétroviraux génériques au sein des pays en développement était d’environ 1,8 milliard de dollars américain en 2018. Environ 80 % des médicaments antirétroviraux génériques achetés par les pays à revenu faible et intermédiaire sont actuellement fabriqués dans un seul pays : l’Inde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Deux agences de santé de l’ONU confrontées à d’importantes coupes budgétaires du Royaume-Uni

Le gouvernement britannique compte réduire de façon conséquente ses contributions budgétaires à l’Agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive (UNFPA) et au Programme conjoint des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA). Les deux entités onusiennes ont indiqué que ces coupes budgétaires auront des conséquences sur la mise en œuvre de leurs mandats respectifs.