Syrie : la quatrième session du Comité constitutionnel débutera lundi à Genève

27 novembre 2020

Après trois mois d’interruption, le Comité constitutionnel syrien, chargé de rédiger une nouvelle Constitution, entame, lundi à Genève, les travaux de sa quatrième session, sous les auspices des Nations Unies.

« La quatrième session de l’organe restreint du Comité constitutionnel syrien se tiendra du 30 novembre au 4 décembre prochain à Genève », a confirmé vendredi lors d’un point de presse, Jenifer Fenton, la porte-parole du Bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie.

« Cette commission y poursuivra les discussions entamées lors de la troisième session sur la fondation et les principes nationaux, tandis que la cinquième session prévue le 5 janvier 2021, portera sur les principes constitutionnels », a-t-elle ajouté.

Selon les services de l’Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, les coprésidents du Comité constitutionnels se mis d’accord sur les dates de ces sessions « si la situation sanitaire le permet ».

« Tous les protocoles sécuritaires et sanitaires liés à la pandémie du coronavirus seront mis en œuvre, car la santé et la sécurité des participants et de toutes les personnes présentes sont d’une importance capitale », a ajouté Mme Fenton, relevant que M. Pedersen, tiendra dans l’après-midi du dimanche 29 novembre un point de presse hybride au Palais des Nations.

Des gages de « bonne foi » et de « pragmatisme »

A noter que la Suisse signale 308.254 cas confirmés de Covid-19 dont 35.920 infections dans le canton de Genève. La confédération helvétique recense 4.016 décès dont 518 morts à Genève.

De son côté, la République arabe syrienne fait état de 7.459 cas confirmés de Covid-19 dont 391 décès, selon un décompte établi vendredi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Envoyée spéciale adjointe de l'ONU pour la Syrie, Khawla Matar, avait affirmé que sur le fond, les progrès espérés n’ont pas été pleinement réalisés lors de la dernière session. Lors de cette réunion lundi 25 novembre, l’ONU avait estimé que l’engagement des parties syriennes vis-à-vis de cette réunion et de la suivante –prévue en janvier–, de même que leur accord sur l’ordre du jour sont des gages de « bonne foi » et de « pragmatisme ».

Plaidant aussi pour un « esprit de compromis », Mme Matar avait rappelé que la voie constitutionnelle ne peut à elle seule résoudre la crise, au moment où le calme « fragile et relatif » sur le terrain est de plus en plus menacé par des échauffourées entre Damas et les groupes armés d’opposition dans le nord-ouest du pays, malgré la coopération turco-russe.

Le Comité constitutionnel syrien, chargé de modifier la constitution de 2012 en vue de prochaines élections, a été inauguré le 30 octobre 2019 à l’ONU, à Genève, en présence de cent cinquante personnes. Un comité restreint de 45 membres a ensuite été chargé d’entrer dans le détail de la constitution. L’ONU espère que ce processus ouvrira la voie à un règlement politique du conflit syrien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Pour affronter l’hiver, des millions de Syriens ont besoin d’une aide supplémentaire de toute urgence (ONU)

Plus de trois millions de personnes à travers la Syrie ont besoin d'aide pour affronter l’hiver, a déclaré mercredi un haut représentant de l’ONU au Conseil de sécurité, soulignant que les personnes déplacées sont « particulièrement vulnérables ».