Les migrants sont essentiels à la reprise du développement mondial après la Covid-19

21 octobre 2020

Selon une nouvelle étude des Nations Unies, des voies légales, des transferts de fonds moins coûteux et la garantie des droits des femmes pourraient aider les gens à se déplacer à nouveau

La mobilité humaine mondiale s'est arrêtée avec l'impact global de la Covid-19, frappant durement les personnes en déplacement. Alors que les frontières se rouvrent lentement, un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) illustre comment les gouvernements peuvent façonner la migration pour qu'elle profite au développement et stimule la reprise.

Ce rapport, intitulé « Mobilité humaine, opportunités partagées », est le fruit d'un travail de longue haleine : l’Examen du Rapport sur le développement humain 2009 et la voie à suivre, fait le point sur la dernière décennie et évalue comment les futures réponses politiques pourraient faciliter une migration sûre, ordonnée et régulière.

La pandémie et l'arrêt des voyages sont une chance de remodeler la mobilité humaine et de mieux construire l'avenir - Achim Steiner, Administrateur du PNUD

Mobilité humaine, opportunités partagées recommande d'élargir les voies légales, de réduire les coûts de transaction des transferts de fonds, de garantir les droits des migrants, en particulier des femmes, de favoriser l'intégration et la cohésion sociale et de mobiliser les diasporas. La migration forcée ayant doublé au cours des dix dernières années pour atteindre environ 79 millions de personnes, il sera essentiel pour le développement de s'attaquer à ses causes.

« La pandémie et l'arrêt des voyages sont une chance de remodeler la mobilité humaine et de mieux construire l'avenir. Promouvoir les avantages, réduire les coûts et faire de la migration un choix nous préparera aujourd'hui à faire face aux nouveaux défis du changement climatique, de l'inégalité croissante et de la transformation numérique de la main-d'œuvre de demain », a déclaré l'Administrateur du PNUD, Achim Steiner.

Les personnes en déplacement sont extrêmement vulnérables aux conséquences sanitaires, économiques et sociales du coronavirus. Avec leur forte contribution à l'économie et à la main-d'œuvre, les migrants sont également essentiels à la reprise. L'expression "Personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité" signifie une réponse inclusive, incluant les migrants.

« La crise économique mondiale de 2008 a été suivie d'une décennie de débats très politisés, de quelques progrès et de nombreuses occasions manquées en matière de mobilité humaine. Nous devons redoubler d'efforts maintenant et nous concentrer sur les progrès à réaliser au cours des dix prochaines années si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable », a conclu Achim Steiner.

Bien gérée, la mobilité humaine propulse la croissance économique, réduit les inégalités et relie des sociétés diverses. Bien qu'ils ne représentent que 3,5 % de la population mondiale, les migrants ont généré 9 % du PIB mondial en 2015, par exemple.

Les recherches menées par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale montrent qu'une augmentation du pourcentage de la part de la population migrante dans les pays à revenu élevé fait augmenter le revenu par habitant de deux pour cent. Si les immigrants augmentaient la main-d'œuvre des pays riches de trois pour cent, cela ferait augmenter le PIB mondial de 356 milliards de dollars américains d'ici 2025.

© UNICEF
Des réfugiés et migrants se rassemblent au poste frontière de Pazarkule près d'Edirne, en Turquie, dans l'espoir de se rendre en Grèce.

La santé des économies et des sociétés dépend de la mobilité des personnes

« La santé des économies et des sociétés dépend de la mobilité des personnes. Les efforts de redressement de la Covid-19 doivent inclure les migrants, en veillant à ce que ni leurs droits ne soient marginalisés ni leur potentiel de contribution laissé à l'abandon », a ajouté Asako Okai, Administratrice adjointe du PNUD et Directrice du Bureau de crise. 

Le rapport indique que depuis 2009, peu de progrès ont été réalisés dans la lutte contre la mobilité des migrants peu qualifiés. Les droits des migrants sont mieux protégés sur le papier, mais leur accès à la protection et aux services sociaux est encore limité dans la plupart des pays. Et les coûts de transaction pour les documents, les voyages et les transferts d'argent restent obstinément élevés.

Les avantages de la migration pour le développement ne sont pas garantis - António Vitorino, Directeur général de l'OIM

Dans le même temps, de nouvelles approches renforcent les avantages de la mobilité humaine pour les migrants et leurs familles, ainsi que pour les pays d'origine et de destination. Il s'agit notamment d'efforts visant à élargir les voies de migration légale, d'innovations numériques pour aider les personnes à gagner leur vie en déplacement, d'un accent renouvelé sur la protection sociale et sur la participation des diasporas aux politiques des pays d'origine.

« Les migrants contribuent à fournir les éléments de base de sociétés prospères en apportant des connaissances, un soutien, des réseaux et des compétences dans les pays d'origine, de transit et de destination », déclare António Vitorino, Directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

« Pourtant, les avantages de la migration pour le développement ne sont pas garantis. Les résultats positifs dépendent de la mise en place de structures sociales, culturelles, politiques et économiques favorables », a-t-il ajouté.

Avec l'Organisation internationale pour les migrations, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et les partenaires du Réseau des Nations unies sur les migrations, le PNUD est prêt à aider les décideurs politiques à amplifier les effets des migrations sur l'autonomisation et à atténuer les vulnérabilités accrues dans la perspective des objectifs de développement durable et de l'Agenda 2030.

Mobilité humaine, opportunités partagées : Un examen du Rapport mondial sur le développement humain 2009 et de la voie à suivre est publié alors que le PNUD marque les 30 ans de ses rapports annuels sur le développement humain, qui font date, par une série d'événements.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : les vols humanitaires du HCR reprennent après sept mois de suspension

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a évacué la nuit dernière de Libye un groupe de 153 réfugiés et demandeurs d’asile vulnérables vers ses installations de transit d’urgence au Niger.