Face au coronavirus, les jeunes ne sont pas invincibles, rappelle l’OMS

30 juillet 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu jeudi que convaincre les jeunes des risques qu’ils encourent face à la Covid-19 demeure un défi.

Bien que les personnes âgées courent un risque plus élevé de maladies graves et sont plus exposées à la Covid-19, les plus jeunes sont également à risque.

« Les preuves suggèrent que les pics de cas dans certains pays sont dus en partie au fait que les jeunes baissent la garde pendant l'été de l'hémisphère nord », a déploré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, lors d’un point de presse virtuel organisé depuis Genève. « L'un des défis auxquels nous sommes confrontés est de convaincre les jeunes de ce risque », a-t-il dit.

« Les jeunes peuvent être infectés ; les jeunes peuvent mourir ; et les jeunes peuvent transmettre le virus à d'autres », a rappelé le Dr. Tedros.

Pour ces raisons, le chef de l’OMS explique que les jeunes doivent prendre les mêmes précautions que tout le monde pour se protéger et protéger les autres. « Ils peuvent être des leaders - ils devraient être des leaders et des moteurs de changement », a-t-il dit.

Bien que les précautions face au virus doivent être scrupuleusement respectées, le Dr. Tedros a déclaré que « la pandémie ne signifie pas que la vie doit s'arrêter ».

« Nous devons tous apprendre à vivre avec le virus et à prendre les mesures nécessaires pour vivre notre vie, tout en nous protégeant nous-mêmes et les autres, en particulier ceux qui sont les plus exposés à la Covid-19 », a-t-il dit.

Les personnes âgées dan les établissements de soins de longue durée sont à risque

Les personnes âgées, en particulier celles qui vivent dans des établissements de soins de longue durée, sont à risque face à la pandémie. 

Dans de nombreux pays, plus de 40% des décès liés à la Covid-19 ont été liés à des établissements de soins de longue durée. Un chiffre qui monte jusqu'à 80% dans certains pays à revenu élevé.

Reconnaissant la nature critique de ce problème, l'OMS a publié une note d'orientation sur la prévention et la gestion de la Covid-19 dans les établissements de soins de longue durée. La note dresse la liste des actions clés que doivent entreprendre les décideurs politiques et les autorités nationales et locales pour protéger les personnes âgées. « Celles-ci vont de l'intégration des soins de longue durée dans la riposte nationale à la mobilisation de fonds adéquats, en passant par la garantie d'une prévention et d'un contrôle rigoureux des infections, la fourniture d'un soutien à la famille et aux aidants bénévoles - et bien plus encore », a détaillé le Dr. Tedros.

Pour chaque objectif politique, la note de l’OMS énumère les actions que les établissements de soins de longue durée peuvent prendre et donne des exemples concrets d'actions que les pays ont prises dans chaque domaine. Le document suggère également des moyens de transformer les services de soins de longue durée afin que les personnes âgées puissent recevoir des soins de qualité qui respectent leurs droits, leurs libertés et leur dignité.

Comprendre la décision des personnes dans le contexte de la Covid-19

L’OMS rappelle que des informations fiables sont extrêmement importantes pour permettre aux gens de prendre les bonnes décisions pour leur santé dans le contexte de la pandémie. « Nous avons tous vu le tort causé par la désinformation. Mais l'information seule ne suffit pas », a souligné le Dr. Tedros.

Les individus prennent des décisions en fonction d'un large éventail de facteurs liés à leur culture, leurs croyances, leurs valeurs, leur situation économique et plus encore. « Ils prennent des décisions sous une pression financière et sociale sans précédent, avec des niveaux élevés d'anxiété et avec des systèmes de santé mal équipés », a dit le chef de l’agence onusienne.

Depuis le début de la pandémie, les pays ont demandé à leurs citoyens de comprendre leur risque; de s’adapter; de s’engager; d’abandonner les choses qu'ils apprécient et qui les définissent. Face au coronavirus, les pays utilisent une gamme d'outils pour influencer les comportements : les campagnes d'information sont un outil, mais les lois, les réglementations, les directives et même les amendes le sont aussi.

« Nous apprenons ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », a reconnu le Dr. Tedros. « C’est pourquoi la science du comportement est si importante - elle nous aide à comprendre comment les gens prennent des décisions, afin que nous puissions les aider à prendre les meilleures décisions pour leur santé », a-t-il expliqué.

L’OMS a enregistré le 30 juillet plus d’1,6 millions de cas de Covid-19 confirmés dont plus de 662.000 décès. Les Etats-Unis (plus de 4,3 millions de cas dont plus de 148.000 décès) et le Brésil (près de 2,5 millions de cas dont plus de 88.000 décès) demeurent les pays les plus touchés. L’Inde est le troisième pays le plus touché en nombre d’infections (près de 1,6 millions de cas). Ces trois pays totalisent plus de la moitié des cas confirmés de Covid-19 dans le monde.

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Covid-19 n’est pas une maladie saisonnière, rappelle l’OMS 

Une croyance « erronée » fait de la pandémie de Covid-19, une maladie saisonnière. L’été ne protège pas du coronavirus, rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS).