L'ONU demande 10,3 milliards de dollars pour combattre la Covid-19 et met en garde contre l'inaction

17 juillet 2020

Les Nations Unies ont lancé vendredi un appel de fonds de 10,3 milliards de dollars pour lutter contre le nouveau coronavirus. L'appel fait partie du Plan global de réponse humanitaire à la Covid-19.

Le Coordinateur de l'aide humanitaire des Nations Unies, Mark Lowcock, a déclaré aux pays du G-20, le groupe des 20 plus grandes économies mondiales, qu'il fallait agir maintenant pour éviter une « série de tragédies » plus brutale et plus destructrice que l'impact du virus lui-même.

Selon le Bureaudes Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), la pandémie et la récession mondiale devraient provoquer la première augmentation des taux de pauvreté depuis 1990.

Il existe toujours un risque que 265 millions de personnes souffrent de la faim d'ici la fin de l'année.

L'appel de fonds sera utilisé pour combattre la pandémie dans les pays à faible revenu et les nations considérées comme fragiles.

Selon M. Lowcock, sans mesures d'atténuation, la crise de la Covid-19 pourrait tuer jusqu'à 6.000 enfants par jour de causes évitables. La réaffectation des ressources sanitaires pour traiter la pandémie pourrait encore doubler les taux de mortalité dus à des maladies telles que le sida, la tuberculose et le paludisme.

A ce jour, le monde compte plus de 13,3 millions de cas confirmés de Covid-19, et au moins 580.000 décès.

PAM/Saleh Bahulis
Une famille reçoit une aide alimentaire à un point de distribution de vivres à Ras al’Arah, dans le gouvernorat de Lahj, au Yémen.

La Syrie et le Yémen, deux cas emblématiques

Selon M. Lowcock, la Syrie et le Yémen sont deux cas emblématiques. Il a déclaré que chaque matin des rapports font état de nouveaux bombardements et d'attaques contre des dizaines de communautés syriennes.

La semaine dernière, en Syrie, la région d'Idlib, qui est sous un feu croisé intense, a notifié son premier cas de pandémie, faisant craindre une épidémie dévastatrice dans des camps de personnes déplacées déjà surpeuplés.

La situation est grave dans un autre pays arabe. Avec l'effondrement du système de santé au Yémen en raison du conflit, le personnel hospitalier lutte pour contenir la maladie. Jusqu'à présent, au moins 25% des personnes ayant contracté le virus au Yémen sont mortes. La moyenne est cinq fois plus élevée que les taux mondiaux de mortalité dus à la maladie.

Mark Lowcock,qui est le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, estime que si l'on n'agit pas maintenant, le virus continuera à se propager dans le monde, détruisant des décennies de développement.

Pour lui, le problème peut être résolu grâce à des fonds provenant des pays développés et à de nouvelles façons de penser de la part des parties prenantes et des institutions financières internationales, ainsi que des agences des Nations Unies. Il a également cité le soutien du Croissant-Rouge et de l'Organisation de la Croix-Rouge et des organisations non gouvernementales du monde entier.

Selon M. Lowcock, les pays riches approuvent des mesures visant à protéger leurs propres économies de la crise et devraient faire de même pour aider les nations dans le besoin.

PAM/Bruno Djoye
Une femme et ses deux enfants en République centrafricaine (RCA)

Le rôle des ONG

Le Plan mondial d'intervention humanitaire à  la Covid-19 est le principal moyen dont dispose la communauté internationale pour faire face aux conséquences humanitaires de la pandémie dans les pays à faible et moyen revenu.

Les ONG et d'autres organisations jouent un rôle essentiel dans la conception et la mise en œuvre du plan et pourront obtenir des fonds.

Parmi les bénéficiaires figurent les personnes âgées, les personnes handicapées, les femmes et les enfants et les personnes déplacées. La pandémie a accru les niveaux de discrimination, d'inégalité et de violence fondée sur le sexe.

Depuis le lancement du plan le 25 mars dernier, plus de 1,7 milliard de dollars ont été versés.

La mise à jour de l'appel à plus de 10 milliards de dollars vise à renflouer 63 pays et à couvrir le système mondial de transport et d’acheminement de l'aide nécessaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité échoue à proroger le mécanisme d’acheminement de l’aide transfrontalière vers la Syrie

Deux projets de résolution concurrents présentés au Conseil de sécurité pour proroger, à deux jours de son expiration, le mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire transfrontalière vers la Syrie ont été rejetés mercredi.