L’OMS met en place un panel indépendant d’experts chargé d’évaluer la gestion de la Covid-19

9 juillet 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, jeudi à Genève, la création d’un panel indépendant d’experts afin d’établir « une évaluation honnête » de la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus et permettre de « prévenir de telles tragédies à l’avenir».

« Je suis fier d’annoncer que l’ancienne Première ministre Helen Clark (Nouvelle-Zélande) et l’ancienne présidente et Nobel de la paix, Ellen Johnson Sirleaf (Liberia) ont accepté de coprésider le Panel d’évaluation, que nous appelons le panel indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une réunion virtuelle avec les représentants des 194 États membres de l’OMS. 

« Je ne peux imaginer deux personnalités plus indépendantes pour faire cette évaluation honnête et nous aider à comprendre ce qui s’est passé ainsi que ce que nous devrions faire pour éviter de telles tragédies dans le futur », a-t-il ajouté.

Il s’agit de voir « ce qui a été fait », mais aussi de demander « à tous les États membres de s’ouvrir et de tout leur montrer comme un livre ouvert », afin « de comprendre honnêtement et sincèrement ». L’objectif du panel est d’examiner l’expérience acquise et les enseignements tirés de la réponse sanitaire internationale coordonnée par l’OMS. Cela implique une réponse mondiale, y compris, mais sans se limiter uniquement à la seule gestion de l’OMS.

« Ce n’est pas un rapport standard qui coche une case et est ensuite mis sur une étagère pour prendre la poussière », a insisté le Dr Tedros, ajoutant que ce processus est pris « au sérieux ». Il a ajouté que le panel fournirait un rapport intérimaire à une réunion annuelle des ministres de la santé qui sera reconvoquée en novembre.

Le rapport final sera présenté en mai prochain lors de l’Assemblée mondiale de la santé

S’adressant à la réunion, Mme Clark a déclaré que la mission « ne pouvait être décrite que comme exceptionnellement difficile ». En janvier, le conseil d’administration tiendra sa session régulière, où nous discuterons plus en détail des travaux du panel. Le rapport final sera présenté en mai prochain lors de l’Assemblée mondiale de la santé.

D’ici là, l’heure est à « l’autoréflexion, à la réflexion sur le monde dans lequel nous vivons » et à la recherche de moyens pour renforcer la coopération internationale afin de « sauver des vies et maîtriser cette pandémie ».

« Ensemble, nous avons maintenant l’occasion, une fois par génération, de nous prouver les uns aux autres que nous pouvons être plus grands que la somme de nos parties », a répété le Dr Tedros, ajoutant que face à l’ampleur de cette pandémie, qui a touché pratiquement tout le monde dans le monde, cela mérite clairement « une évaluation honnête ».

Il est temps d’avoir une réflexion très honnête - Docteur Tedros, Directeur général de l'OMS

Mais au cours de ce processus, il faudra aussi tirer les leçons du passé. D’autant qu’après chaque épidémie de l’histoire récente, il y a des leçons apprises pour une meilleure protection de l’humanité, mais aussi sur l’importance du travail qui reste à faire.

« Pendant des années, beaucoup d’entre nous ont averti qu’une pandémie respiratoire catastrophique était inévitable », a d’ailleurs souligné le Dr Tedros.

Une façon de rappeler les mises en gardes répétées concernant les risques « d’une pandémie catastrophique ». « La question n’était pas de savoir si, mais quand. Mais malgré tous ces avertissements, le monde n’était pas prêt », a-t-il regretté, ajoutant que les systèmes de santé et les communautés n’étaient pas prêts.

« Nos chaînes d’approvisionnement se sont effondrées », a relevé le Dr Tedros, ajoutant qu’il est « temps d’avoir une réflexion très honnête ».

Photo UNICEF/Shiraaz Mohamed
Des enfants portent des masques dans une école maternelle de Johannesburg, en Afrique du Sud, lors de l'épidémie de COVID-19.

« La plus grande menace n’est pas le virus lui-même, mais le manque de leadership » - Dr Tedros

Alors même que le monde lutte encore contre cette pandémie, le Chef de l’OMS invite la communauté internationale à se préparer « aux futures épidémies mondiales et aux nombreux autres défis de notre époque, tels que la résistance aux antimicrobiens, les inégalités et la crise climatique ».

« Covid-19 nous a tant pris. Mais il nous donne aussi l’occasion de rompre avec le passé et de mieux reconstruire », a-t-il fait valoir, évoquant « une opportunité ». D’autant que « les divisions entre nous donnent l’avantage au virus » et « nous ne pourrons pas vaincre la pandémie si nous sommes divisés », a estimé le Dr Tedros.

Ensemble est la solution, à moins que nous ne voulions donner l’avantage à l’ennemi, au virus, qui a pris le monde en otage, et cela doit cesser - Docteur Tedros, Directeur général de l'OMS

« Mes amis, ne vous y trompez pas. La plus grande menace à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui n’est pas le virus lui-même, mais le manque de leadership et de solidarité », a-t-il ajouté.

« Ensemble est la solution, à moins que nous ne voulions donner l’avantage à l’ennemi, au virus, qui a pris le monde en otage, et cela doit cesser », a-t-il répété, appelant à une introspection individuelle. « Et nous ne pouvons pas vaincre cette pandémie en tant que monde divisé ».

A noter que plus de 11,8 millions de cas de Covid-19 ont été recensés dans le monde dont plus de 544.000 décès. « Et la pandémie continue de s’accélérer », a déclaré le Dr Tedros, précisant que le nombre total de cas a doublé au cours des six dernières semaines.

« La pandémie de Covid-19 n’a épargné aucun pays. Elle nous a tous humiliés. Cette pandémie, qui ne se produit qu’une fois par siècle, nous a appris une leçon essentielle : lorsqu’il s’agit de santé, nos destins sont étroitement liés », a ainsi conclu le Chef de l’OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : le commerce illégal de produits médicaux contrefaits ou défectueux en plein essor, déplore l'ONU

Une forte demande de produits médicaux pour lutter contre la Covid-19 a conduit à un bond du trafic de marchandises de qualité inférieure et défectueuses, selon une nouvelle étude des Nations Unies publiée mercredi.