Un expert de l'ONU demande l'interdiction mondiale des pratiques dites « thérapies de conversion »

8 juillet 2020

Les pratiques connues sous le nom de « thérapies de conversion » infligent de graves souffrances aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans ou de genre variant (LGBT), entraînant souvent des dommages psychologiques et physiques durables, a déclaré un expert des Nations Unies au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. Il a appelé à une interdiction mondiale.

Au cours des derniers mois, Victor Madrigal-Borloz, l'Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre, a recueilli des données sur les pratiques de « thérapies de conversion » et des témoignages de victimes pour alimenter son dernier rapport au Conseil des droits de l'homme. 

À partir de quelque 130 soumissions d'États, d'organisations de la société civile, d'organisations confessionnelles, de praticiens médicaux et d'individus qui ont été soumis à de telles pratiques, il a entendu que les tentatives de conversion se font par le biais de coups, de viols, d'électrocution, de médication forcée, d'isolement et de confinement, de nudité forcée, d’insultes et d'humiliations verbales et d'autres actes d'abus physiques, psychologiques et sexuels.

« Ces interventions visent exclusivement les personnes LGBT dans le but spécifique d'interférer avec leur intégrité personnelle et leur autonomie parce que leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ne relève pas de ce qui est perçu par certaines personnes comme une norme souhaitable », a déclaré Victor Madrigal-Borloz. 

« Elles sont intrinsèquement dégradantes et discriminatoires et sont ancrées dans la croyance que les personnes LGBT sont en quelque sorte inférieures, et qu'elles doivent à tout prix modifier leur orientation sexuelle ou leur identité de genre pour remédier à cette prétendue infériorité », a-t-il ajouté.

L'expert a déclaré que le démantèlement de ces préjugés et partis pris requiert une concertation entre les États, la communauté médicale et la société civile, y compris les organisations religieuses, pour garantir une interdiction mondiale de ces pratiques.

Victor Madrigal-Borloz a déclaré que les pratiques de "thérapies de conversion" ont été systématiquement discréditées par la communauté scientifique et ont été à plusieurs reprises liées à des dommages à long terme sur la santé physique et mentale des personnes LGBT.

« Ces pratiques constituent une violation flagrante des droits à l’intégrité physique, à la santé et à la libre expression de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre d'une personne. En fin de compte, lorsqu'elles sont menées par la force, elles représentent également une violation de l'interdiction de la torture et des mauvais traitements », a fait valoir l'Expert indépendant. 

Note

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gabon : un expert de l’ONU salue la dépénalisation de l'homosexualité

Un expert indépendant des droits de l'homme de l'ONU a salué mercredi l'entrée du Gabon dans le groupe des pays d’Afrique subsaharienne qui ont dépénalisé les relations homosexuelles entre adultes consentants.