L’ONU salue la dépénalisation de l’homosexualité par l’Inde

6 septembre 2018

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et d’autres hauts responsables onusiens ont salué jeudi la dépénalisation de l’homosexualité par la Cour suprême de l’Inde.

« La discrimination et les préjugés sont toujours ‘irrationnels, indéfendables et manifestement arbitraires’, comme le dit le juge en chef Misra. Je salue la décision prise aujourd'hui par le plus haut tribunal indien #LoveWins », a déclaré M. Guterres dans un tweet.

La Cour suprême indienne a en partie invalidé, jeudi 6 septembre, l’article 377 du Code pénal indien, rédigé en 1861 par les colons britanniques, qui punissait d’emprisonnement « les rapports charnels contre nature ». « La communauté LGBT possède des droits comme les autres », a argué la Cour suprême, « les opinions et la moralité de la majorité ne peuvent pas dicter les droits constitutionnels ». La décision a été prise à l’unanimité par les cinq juges qui composent la Cour.

« Nous nous félicitons de la décision historique de l'Inde rendue par la Cour suprême, selon laquelle la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle constitue une violation fondamentale des droits ! », a déclaré pour sa part ONU Femmes dans un tweet.

L’ONUSIDA a aussi salué la décision de la Cour suprême. « Aujourd'hui est une journée de fierté gay, une journée de célébration, une journée où le respect et la dignité ont finalement été restaurés en Inde pour les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les personnes intersexuées (LGBTI) », a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, dans un communiqué de presse. « J'applaudis les militants courageux, les organisations de la société civile et les groupes communautaires qui se sont battus longtemps et durement pour que cette injustice prenne fin ».

« J'espère que cette décision sera suivie par des décisions similaires dans d'autres pays supprimant les lois injustes criminalisant l'homosexualité », a ajouté M. Sidibé.

Le bureau des Nations Unies en Inde a souhaité que la décision de la Cour suprême soit le premier pas vers la garantie de l’ensemble des droits fondamentaux des personnes LGBTI.

« Nous espérons également que le jugement stimulera les efforts visant à éliminer la stigmatisation et la discrimination à l'encontre des personnes LGBTI dans tous les domaines de l'activité sociale, économique, culturelle et politique, garantissant ainsi une société véritablement inclusive. L’accent doit maintenant être mis sur l’accès à la justice, y compris aux recours ; des enquêtes efficaces sur les actes de violence et de discrimination ; et un accès effectif aux droits économiques, sociaux et culturels », a ajouté le bureau de l’ONU en Inde dans un communiqué de presse.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Des experts de l'ONU demandent à la Russie de mettre fin aux persécutions et à la détention d'homosexuels en Tchétchénie

Les hommes détenus dans la République russe de Tchétchénie simplement parce qu'ils sont perçus comme étant homosexuels doivent être immédiatement libérés et les abus et persécutions doivent cesser, ont déclaré des experts des Nations Unies en matière de droits de l'homme.