Covid-19 : l’UNICEF évalue l’impact de la pandémie sur la santé physique et mentale des enfants

19 mars 2020

Alors que la pandémie de nouveau coronavirus a obligé des dizaines de pays à fermer les établissements scolaires, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) s’efforce d’évaluer l’impact de ces décisions sur la santé physique et mentale des enfants.

« Ce que nous avons appris d'Ebola en Afrique de l'Ouest, c’est que la fermeture des écoles n'est pas toujours saine pour les enfants. Pour de nombreux enfants pauvres qui ne vont pas à l'école, ne pas avoir le seul repas disponible par jour qu'ils reçoivent à l'école est un énorme défi », a expliqué Dr Luwei Pearson, cheffe par intérim de la Section de la santé à la Division des programmes de l’UNICEF, dans un entretien accordé à ONU Info.

Face à la situation due à la pandémie de Covid-19, le Dr Pearson a noté que l’UNICEF, mais aussi les gouvernements et le système des Nations Unies dans son ensemble, se trouvaient confrontés à une situation inédite.

« Personne ne prévoyait que les écoles seraient fermées, que les usines seraient fermées et que les frontières seraient fermées. Bien que le taux de mortalité chez les enfants soit relativement faible, l'effet secondaire sur les enfants dû à la fermeture des écoles affecte leur bien-être mental et physique », a-t-elle déclaré.

Elle a précisé que dès janvier, face à ce qui se passait en Chine, l’UNICEF s’est efforcé de soutenir « un apprentissage sain à la maison afin que les enfants puissent continuer à interagir avec les autres, être attentifs ».

Le Dr Pearson a également expliqué que l’UNICEF collectait des données pour savoir par exemple ce qui arrive aux bébés nés de mères positives au Covid-19 et notamment si l’allaitement est sûr.

« Nous en sommes aux premiers jours et les choses ne sont pas encore claires », a-t-elle souligné, notant que beaucoup de données initiales proviendront de la Chine, d’où est partie la pandémie.

La Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, a lancé de son côté mercredi un appel aux bailleurs de fonds.

« Notre travail pour fournir aux enfants santé, éducation, nutrition et protection n'a jamais été aussi critique. Avec des millions d'enfants déracinés, touchés par les guerres, morts de causes évitables, déscolarisés ou privés de vaccins essentiels, le besoin de soutien n'a jamais été aussi grand », a-t-elle souligné dans un communiqué de presse.

« L'UNICEF s'efforce d'aider à prévenir la propagation du virus parmi les communautés des pays touchés. Nous partageons des informations précises sur la manière de protéger les familles, fournissons des kits d'hygiène et médicaux aux écoles et aux centres de santé, et atténuons l'impact de l'épidémie sur l'accès des enfants à la santé, à l'éducation et aux services sociaux », a-t-elle ajouté. « Aujourd'hui plus que jamais, nous comptons sur nos donateurs pour continuer à soutenir notre mission pour ceux qui n'ont rien et personne - malgré ces moments difficiles ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Coronavirus : près de 900 millions d’enfants et de jeunes affectés par la fermeture des écoles et universités

Le nombre d'enfants, de jeunes et d'adultes ne fréquentant plus les écoles ou les universités en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19 s'envole, alors que les gouvernements de 113 pays ont annoncé ou mis en place des mesures de fermeture d'institutions éducatives afin de tenter de contenir cette pandémie, a indiqué l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).