Dans le « chaos » syrien, l’OMS apporte son aide sanitaire aux personnes déplacées

28 février 2020

L’Organisation mondiale de santé (OMS) a annoncé vendredi qu’elle fournira des traitements aux personnes syriennes déplacées dans les provinces d’Idlib et d’Alep, deux régions du nord-ouest de la Syrie où les hostilités se poursuivent.

Des professionnels de la santé décrivent « le chaos » en cours dans le nord-ouest de la Syrie », au moment où l’ONU s’inquiète des conséquences de l’escalade militaire sur la population civile.

« C’est la situation la plus sombre dans laquelle nous sommes depuis le début de la guerre », a déclaré un chirurgien du nord-ouest du gouvernorat d’Alep cité par l’OMS dans un communiqué. « Les gens n’ont pas la moindre idée de l’endroit où aller, ils savent seulement qu’ils doivent s’éloigner des bombardements », a-t-il ajouté.

Les attaques contre le personnel soignant et les centres de santé en Syrie se poursuivent. À la date du 28 février, l’OMS indique avoir enregistré plus d’une dizaine d’attaques depuis le début des déplacements massifs le 1er décembre 2019. Des attaques qui ont fait 10 morts et 37 blessés.

Alors que les hostilités se poursuivent et que les déplacements forcés vers la frontière turque se multiplient, la pression sur les établissements de santé ne cesse de s’alourdir. Sur les 84 centres qui ont été contraints de suspendre leurs activités depuis décembre dernier, seule une trentaine ont pu être relocalisés et fournir des services là où les gens ont trouvé refuge contre les bombardements.

En conséquence, plus de 133.000 consultations médicales externes n’auront pas lieu. Près de 11.000 patients traumatisés ne sont pas pris en charge et 1.500 opérations chirurgicales majeures ne seront pas effectuées comme elles le seraient normalement dans un cycle de quatre semaines. En raison du dépeuplement massif de zones entières, la charge de travail des établissements de santé en fonctionnement à Idlib est disproportionnée - avec d’un côté, des établissements de santé désertés, et de l’autre, des établissements dont la capacité est largement dépassée.

Face à cette situation, l’OMS a livré d’urgence des médicaments et des fournitures pour assurer la continuité des services de santé en Syrie. Cette aide permettra de dispenser plus de 225.000 traitements aux personnes déplacées syriennes à Idlib et à Alep. Dans le cadre d’une opération menée sur deux jours, l’agence onusienne a acheminé par camion 55 tonnes de médicaments et de fournitures médicales depuis la Turquie vers le gouvernorat d’Idlib et certaines parties d’Alep.

« Ces fournitures permettront de répondre à un besoin urgent et croissant et de poursuivre les services », a déclaré Richard Brennan, le responsable des urgences au Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale.

« Ce n'est qu'une question de jours avant que nous dépassions le million de personnes déplacées »

En trois mois, près d’un million de personnes ont été déplacées dans le nord-ouest de la Syrie. « Ce n'est qu'une question de jours avant que nous dépassions le million de personnes déplacées », a dit M. Brennan.

Outre une forte augmentation des cas de traumatismes, les agents de santé traitent également les infections des voies respiratoires, dues à un mauvais hébergement et à des conditions climatiques difficiles, ainsi que les complications de maladies non chroniques telles que les maladies cardiaques et le diabète, en raison d’un accès irrégulier aux médicaments. 

« Le fardeau et le sacrifice des travailleurs de la santé dans les gouvernorats du nord-ouest est désormais inimaginable », a ajouté M. Brennan, non sans rappeler l’énorme pression à laquelle sont soumis des agents de santé qui mettent « souvent leur propre vie en danger ».

Les partenaires de l’OMS qui fournissent des services de santé dans la région ont décrit à quel point le personnel et les établissements de santé sont débordés. S’adressant aux équipes de l’agence onusienne dans la région, un pédiatre de la ville d’Idlib a déclaré qu’il n’avait ni le temps ni la capacité de traiter des questions qui ne mettaient pas la vie en danger. « Ce n’est pas viable », a-t-il dit, alertant sur la faible santé mentale des personnes dans le besoin mais aussi du personnel médical.

Un médecin généraliste travaillant à 10 kilomètres de Darat Izza, dans le gouvernorat d’Alep où deux hôpitaux ont été attaqués le 17 février, a exprimé ses préoccupations quant au manque de médicaments, de gants, de seringues et de pansements. Il a indiqué que la charge de travail dans certains hôpitaux a doublé, alors que les ressources sont identiques ou inférieures. « Le nombre d’hôpitaux et de centres de santé autour de nous continue à diminuer en raison du ciblage fréquent des établissements de santé », a-t-il rapporté.

Par la voix de son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a dit suivre « avec une profonde préoccupation » l'escalade en cours dans le nord-ouest de la Syrie et les informations faisant état d’une dizaine de soldats turcs tués dans une frappe aérienne.

« Le Secrétaire général réitère son appel à un cessez-le-feu immédiat et se déclare particulièrement préoccupé par le risque que courent les civils d'une escalade des actions militaires », a dit jeudi soir son porte-parole. « Sans action urgente, le risque d'une escalade encore plus grande augmente d'heure en heure », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : les besoins de la population augmentent sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest (ONU)

La cheffe adjointe de l’humanitaire des Nations Unies a prévenu jeudi le Conseil de sécurité que les besoins de la population en Syrie restaient immenses et continuaient d’augmenter sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest du pays.