Syrie : face à l’escalade, Guterres appelle à donner une chance à la diplomatie

28 février 2020

Le chef de l’ONU a, une nouvelle fois, appelé vendredi à un cessez-le-feu en Syrie et à donner une chance à la diplomatie.

Ces derniers jours, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, avait mis en garde à plusieurs reprises contre le risque d'une grave escalade des hostilités dans le nord-ouest de la Syrie.

« Je crains qu'avec les événements des dernières 24 heures, nous ayons atteint ce point », a dit M. Guterres lors d’un point de presse au siège des Nations Unies à New York.

Près d'un million de personnes ont fui leur domicile au cours des trois derniers mois. Selon les informations rapportées par la presse, 33 soldats turcs ont été tués jeudi dans une frappe aérienne à Idlib.

« Il s'agit de l'un des moments les plus alarmants de la durée du conflit syrien », a alerté le Secrétaire général. « Sans action urgente, le risque d'une escalade encore plus grande augmente d'heure en heure », a-t-il prévenu.

« Comme toujours », les civils paient le prix le plus grave, a déploré le chef de l’ONU. Les frappes aériennes continuent sur les écoles et les installations médicales.

« Même les camps et autres sites où des familles déplacées ont cherché refuge ont été frappés par des bombardements », a-t-il dit. « Et au fur et à mesure que le nœud coulant se resserre et que les lignes de front se déplacent, elles atteignent des zones plus densément peuplées ».

Dix ans du conflit syrien :  « une décennie de combats n'a apporté que ruine et misère »

Alors que le conflit en Syrie entre bientôt dans sa dixième année, António Guterres, a réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat. « Le besoin le plus urgent », a-t-il souligné, avant que la situation ne devienne « complètement incontrôlable ».

« Dans tous mes contacts avec les personnes impliquées, j'ai eu un message simple : retirez-vous du bord de l'escalade », a indiqué le Secrétaire général aux journalistes, réitérant également son appel pour la protection des civils.

A la veille du dixième anniversaire du conflit syrien, le chef de l’ONU a rappelé que cette « décennie de combats n'a apporté que ruine et misère ».

« Il n'y a pas de solution militaire. La seule voie est un processus politique facilité par l'ONU conformément à la résolution 2254 », a déclaré M. Guterres, rappelant que cette résolution adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies en décembre 2015, appelait à un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire nationale syrien.

Le Conseil de sécurité doit se réunir vendredi après-midi à New York sur la situation en Syrie.

« Il est maintenant temps de donner une chance à la diplomatie de fonctionner et il est essentiel que les combats cessent », a conclu le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.