Au Pakistan, Guterres réaffirme l’importance d’éradiquer la poliomyélite

18 février 2020

Au troisième et dernier jour de sa visite au Pakistan, le chef de l’ONU a réaffirmé l’importance d’éradiquer la poliomyélite, alors qu'une campagne de vaccination contre cette maladie est menée dans tout le pays pendant le mois de février.

A Lahore, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a participé au lancement de la première campagne nationale de vaccination de l'année contre la poliomyélite au Pakistan. Dans une école maternelle de la deuxième plus grande ville du pays, le Secrétaire général a administré le vaccin contre la polio à trois élèves.

Grâce à cette campagne qui est menée durant tout le mois de février, plus de 39 millions d'enfants à travers le pays devraient être vaccinés contre la maladie.

« La polio est l'une des rares maladies que nous pourrons éradiquer dans le monde au cours des prochaines années. C'est une priorité des Nations Unies », a déclaré M. Guterres, qui s’est félicité de voir que l’éradication de la maladie est également une priorité claire du gouvernement pakistanais.

« Mon appel à tous les chefs, chefs religieux, chefs de communauté, est de soutenir pleinement le gouvernement du Pakistan et les autres gouvernements du monde entier pour nous assurer que nous serons en mesure d'éradiquer pleinement la polio », a dit le Secrétaire général.

Environ 265.000 travailleurs du secteur de la santé sont actuellement déployés pour lutter contre la polio au Pakistan. Ces agents font du porte-à-porte pour s'assurer que le plus d'enfants possible soient vaccinés contre la polio. Près de 62% de ces travailleurs sont des femmes. Ces dernières sont essentielles pour rallier les membres de la communauté, les parents et les soignants à l'appui de l'éradication de la polio.

Le Dr Yasmin Rashid, ministre de la santé de la région pakistanaise du Punjab, a salué les efforts déployés par les Nations Unies pour aider le Pakistan à être exempt de poliomyélite. « Nous sommes déterminés à travailler comme « une seule équipe sous un même toit » et croyons qu'ensemble, nous pouvons rendre le Pakistan exempt de poliomyélite », a déclaré le Dr Rashid lors de la visite du chef de l’ONU.

Résurgence de la polio

En 2019, le Pakistan a été confronté à une résurgence de la polio au-delà des bastions traditionnels du virus. Les cas de poliovirus sauvage sont passés de 12 en 2018 à 144 à la fin de 2019. On compte, à ce jour, 17 cas en 2020.

Pour le représentant de l'OMS au Pakistan, le Dr Palitha Malipala, la visite du Secrétaire général de l’ONU intervient à un moment où le programme pakistanais d'éradication de la poliomyélite redéfinit ses opérations et ses approches afin de mieux répondre à la transmission accrue du virus.

« L'éradication de la poliomyélite reste une priorité absolue pour l'OMS et le partenariat mondial contre la poliomyélite. Nous continuerons à soutenir le gouvernement du Pakistan, qui est le fer de lance de cette initiative dans le pays, pour surmonter les défis de l'année dernière et mettre en place des mesures solides pour assurer un monde exempt de polio pour les générations futures », a déclaré le Dr Palitha Malipala.

S'alignant sur d'autres programmes des Nations Unies, le programme pakistanais d'éradication de la poliomyélite s'est également engagé à assurer la sécurité de ses agents de santé.

Le poliovirus sauvage est actuellement présent en Afghanistan et au Pakistan. L'engagement concerté pour améliorer les opérations de vaccination dans ces deux pays sera essentiel pour éradiquer le virus et maintenir la région et le reste du monde à l'abri de la polio, souligne l’OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La propagation de la polio demeure un problème de santé publique international (OMS)

La propagation de la poliomyélite à l'échelle internationale reste un problème mondial de santé publique, a conclu le Comité d'urgence convoqué par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).