Les migrants sont un remarquable moteur de croissance, plaide le chef de l’ONU

12 juillet 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a rappelé jeudi que les migrants étaient un remarquable moteur de croissance pour l’économie mondiale, au moment où l’Assemblée générale des Nations Unies s’apprête à se mettre d’accord sur un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, avant son adoption formelle en décembre à Marrakech.

Selon le chef de l’ONU, ce pacte « a un immense potentiel pour aider le monde à exploiter les avantages des migrations régulières tout en évitant les mouvements irréguliers qui mettent les gens en danger ».

« Les migrants sont un moteur remarquable de croissance. Les migrants comptent plus de 250 millions de personnes dans le monde. Ils représentent 3% de la population mondiale mais contribuent pour 10% au produit intérieur brut mondial », a rappelé M. Guterres lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York.

Malgré ces aspects positifs, il a noté que les migrants et les réfugiés sont souvent diabolisés et attaqués.

Selon le Secrétaire général, le Pacte a trois objectifs importants : premièrement, réorienter les politiques nationales de développement et la coopération internationale pour le développement afin de prendre en compte les migrations et créer des opportunités pour les gens de travailler et de vivre dans la dignité dans leur propre pays ; deuxièmement, renforcer la coopération internationale contre les passeurs et les trafiquants d'êtres humains et protéger leurs victimes ; troisièmement, augmenter les opportunités de migration légale.

« La migration est un phénomène global positif. De nombreux pays développés vieillissants ont besoin de migrants pour combler des lacunes importantes sur les marchés du travail. Le changement climatique et d'autres facteurs, y compris la simple aspiration humaine, continueront à pousser les gens à chercher des opportunités loin de chez eux », a déclaré le Secrétaire général.

Photo UNICEF/Ashley Gibertson VII
A Berlin, des migrants attendent d'être enregistrés comme demandeurs d'asile. Si les pays ont le droit de déterminer leurs propres politiques migratoires, ils doivent le faire dans le respect des droits de l'homme, a dit le chef de l'ONU

« Si la migration est inévitable, elle doit être mieux organisée grâce à une coopération internationale efficace entre les pays d'origine, de transit et de destination, afin de ne pas laisser le contrôle des mouvements de population entre les mains des trafiquants », a-t-il ajouté. « Les pays ont le droit et même la responsabilité de déterminer leurs propres politiques migratoires et de gérer leurs frontières de manière responsable. Mais ils doivent le faire dans le plein respect des droits de l'homme ».

Le chef de l’ONU s’est également félicité que les consultations sur un Pacte mondial pour les réfugiés se soient achevées la semaine dernière, pour examen par l'Assemblée générale à la fin de l'année. « Rappelons que la grande majorité des réfugiés dans le monde sont accueillis dans des pays en développement qui sont eux-mêmes confrontés à des contraintes. Cette responsabilité doit être partagée globalement », a-t-il conclu.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Méditerranée : le HCR appelle au renforcement des opérations de recherche et de sauvetage des migrants

Plus de 45.700 demandeurs d’asile et migrants ont atteint les côtes européennes après avoir traversé la mer Méditerranée au cours des six premiers mois de cette année, a indiqué vendredi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).