Crise syrienne : « aucun pays au monde ne devrait assumer seul le défi auquel le Liban est confronté » (ONU)

19 mars 2018

Les Nations Unies ont octroyé lundi 6,5 millions de dollars pour répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables qui ont trouvé refuge au Liban.

Sept ans après son éclatement, la crise syrienne a eu un profond impact humanitaire, socio-économique et politique sur le Liban et ses habitants. Le pays accueille 1,5 million de Syriens et plusieurs centaines de milliers de réfugiés palestiniens.

Malgré les efforts humanitaires, les besoins de ces communautés fragiles dépassent les ressources et les capacités des partenaires de l’ONU, et les mécanismes d'adaptation des plus vulnérables sont sévèrement mis à l'épreuve.

Les 6,5 millions de dollars octroyés par l’ONU et en provenance de son Fonds humanitaire pour le Liban visent à répondre aux besoins prioritaires des trois groupes les plus vulnérables : les réfugiés palestiniens de Syrie, les personnes ayant des besoins spécifiques, et les survivants de violences sexuelles et sexistes.

Le financement sera distribué via un appel à propositions ouvert jusqu’au 6 avril 2018 et destinés aux projets considérés comme prioritaires, conformément au Plan d'intervention de crise au Liban (LCRP).

Près d’un million de réfugiés syriens au Liban

Sur les 1,5 million de Syriens vivant au Liban, 997.905 sont des réfugiés enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Outre les réfugiés syriens, le Liban accueille 34 000 réfugiés palestiniens de Syrie, 35.000 rapatriés libanais et une population préexistante de plus de 277.985 réfugiés de Palestine au Liban. La gestion de ces communautés a imposé une pression sans précédent sur l'économie, les infrastructures et les services publics du pays.

« Préserver la stabilité du Liban signifie préserver la tolérance, la diversité et la stabilité dans la région », avait déclaré le Coordonnateur résident et humanitaire de l'ONU, Philippe Lazzarini, lors du lancement du Plan d'intervention de crise pour le Liban 2017-2020 le mois dernier.

« Plus que jamais, la solidarité internationale doit être à l’égal de l'hospitalité du Liban en tant que pays hôte. Aucun pays au monde ne peut - ou ne devrait - assumer seul le défi auquel le Liban est confronté », avait affirmé M. Lazzarini, soulignant que « le partage des responsabilités avec le Liban est essentiel ».

Depuis sa création en 2014, le Fonds humanitaire pour le Liban a alloué 40,13 millions de dollars pour soutenir la réponse humanitaire dans le pays. En finançant des besoins humanitaires non satisfaits urgents à travers le pays, le Fonds est venu en aide à plus de 850 000 personnes - y compris des réfugiés syriens et palestiniens et des Libanais vulnérables - dont 55% sont des femmes et des filles.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Rome, le chef de l’ONU appelle à préserver la stabilité et l'unité du Liban

À la réunion ministérielle du groupe de soutien international au Liban, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a rappelé que ce pays constitue un pilier fondamental de la stabilité dans la région.