Réfugiés syriens : le HCR demande un soutien continu au Liban

9 mars 2019

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a conclu samedi une visite de deux jours au Liban, en rendant hommage au gouvernement et au peuple libanais pour avoir continué à fournir un refuge au plus grand nombre de réfugiés par habitant dans le monde.

Lors de ses entretiens avec le gouvernement, qui comprenait le Président Aoun, le Président du Parlement, les Ministres des affaires étrangères, de l'intérieur, des affaires sociales et des réfugiés et le Directeur général de la sécurité générale, il a réaffirmé l'engagement du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à continuer de soutenir le Liban, tant les réfugiés que les communautés libanaises. Il réitérera cet appel lors d'une importante conférence sur l'aide à la Syrie qui se tiendra à Bruxelles cette semaine.

«Après huit ans de cette terrible guerre, l'impact sur le Liban est très lourd et la communauté internationale ne peut pas le tenir pour acquis», a déclaré M. Grandi, qui est arrivé au Liban après une visite de trois jours en Syrie.

Le Haut-Commissaire a reconnu que le Liban était de plus en plus fatigué d'accueillir plus d'un million de Syriens pendant tant d'années, mais il a exprimé l'espoir que cela n'entraînerait pas des restrictions croissantes, ce qui, selon lui, pourrait alimenter les tensions sociales.

Un certain nombre de réfugiés syriens ont déjà pris la décision de rentrer chez eux. Le personnel du HCR rencontre les gens avant leur retour pour s'assurer qu'ils possèdent les documents appropriés tels que les certificats de naissance et les certificats scolaires et qu'ils sont également présents aux points de  départ de tous les mouvements organisés par les OSG. L'accès aux réfugiés de retour est également requis en Syrie. 

Pour un accès accru aux lieux de retour

Au cours de ses réunions à Damas, M. Grandi a demandé que le HCR ait davantage accès aux lieux de retour, une mesure de confiance, et que sa présence soit renforcée afin d'apporter un soutien accru aux personnes déplacées et aux réfugiés de retour.

Lors d'une visite avec des familles vivant dans des campements informels près de Tripoli aujourd'hui, M. Grandi a entendu dire, conformément aux enquêtes du HCR, que la majorité des réfugiés ici souhaitent rentrer chez eux. Un petit nombre d'entre eux sont revenus en arrière, mais beaucoup ont des craintes et des préoccupations qui les retiennent. 

«Les réfugiés syriens ont besoin d'avoir confiance que leur retour se fera dans la sécurité et la dignité», a déclaré M. Grandi.

Il a ajouté que les réfugiés citent des préoccupations dans cinq domaines : la sûreté et la sécurité, notamment les représailles, persécutions, et la conscription militaire; le logement, en particulier les réparations ou la reconstruction des maisons détruites ; l'accès à l’école et aux soins de santé) ; les questions juridiques, notamment les titres de propriété ;  et l'accès aux moyens de subsistance de base.

En Syrie, le HCR s'efforce actuellement de lever certains de ces obstacles, notamment en conseillant le gouvernement sur les questions de documentation, en offrant aux rapatriés des réparations de base pour que les maisons endommagées puissent être réoccupées, en rénovant les écoles et les boulangeries et en offrant une aide humanitaire initiale pour permettre la réintégration.

 

Aidez-nous à connaître votre opinion sur ONU Info et à répondre à vos besoins : prenez 4 minutes pour répondre à notre sondage!

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.