Liban : malgré la crise, l’ONU souligne l’impératif humanitaire de protéger les réfugiés syriens

Des enfants sur le pas d'une porte dans un quartier paupérisé de Beyrouth, au Liban.
© UNICEF/Allessio Romenzi
Des enfants sur le pas d'une porte dans un quartier paupérisé de Beyrouth, au Liban.

Liban : malgré la crise, l’ONU souligne l’impératif humanitaire de protéger les réfugiés syriens

Aide humanitaire

Dans un contexte d’effondrement économique sans précédent, protéger les Libanais vulnérables ainsi que les réfugiés syriens est un « impératif humanitaire et moral », a rappelé Najat Rochdi, la Coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies pour le Liban, dans une déclaration ce vendredi.

Au cours des dernières semaines, les discussions publiques sur le retour des réfugiés syriens en Syrie se sont multipliées au Liban, et au nom de la communauté humanitaire internationale, Najat Rochdi a pris position pour la protection des réfugiés syriens dans le pays.

La Coordinatrice a notamment tenu à rappeler les engagements du gouvernement libanais envers le principe du non-refoulement, un des piliers de la Convention de Genève, ainsi que celui d’assurer un retour sûr, volontaire et digne des réfugiés. 

« À ce titre, j’appelle chacun à s’abstenir d’abreuver les médias et les réseaux sociaux de sentiments négatifs et de haine, et je compte sur tous pour continuer à faire preuve d’un esprit de solidarité et de respect mutuel en ces temps difficiles », a-t-elle déclaré.

Protéger les Libanais et les réfugiés vulnérables est un impératif humanitaireWafaa et sa famille sont arrivées au Liban en 2014 après avoir fui leur ville natale près de Homs. La famille voudrait retourner en Syrie mais la peur les en empêche.
UNHCR/Andrew McConnell
Protéger les Libanais et les réfugiés vulnérables est un impératif humanitaireWafaa et sa famille sont arrivées au Liban en 2014 après avoir fui leur ville natale près de Homs. La famille voudrait retourner en Syrie mais la peur les en empêche.

« Incroyable générosité »

Tenant à saluer « l'incroyable générosité du peuple et des autorités libanaises qui ont accueilli des réfugiés à un moment où ils étaient aux prises avec leurs propres vulnérabilités », elle a tenu à exprimer sa gratitude pour cette « solidarité continue ». 

Elle a également salué la collaboration de longue date du gouvernement libanais pour répondre à l'impact continu de la crise syrienne sur le Liban et son peuple, dans le cadre du Plan de réponse à la crise au Liban, et pour soutenir les populations les plus vulnérables touchées par la crise économique en cours dans le cadre du Plan de réponse d'urgence.

Face à l'effondrement économique sans précédent du Liban et face à l'augmentation significative des niveaux de pauvreté et des besoins humanitaires, les Nations Unies et leurs partenaires « restent déterminés à soutenir les populations les plus vulnérables en fonction de leurs besoins, indépendamment de leur nationalité, de leur handicap, de leur religion, de leur sexe, de leur sexualité ou de leur lieu d'origine », a-t-elle ajouté.

Au cours de l'année écoulée, « la communauté humanitaire, y compris l'ONU, a augmenté son soutien au peuple, aux familles, aux communautés et aux institutions publiques libanaises afin d'atténuer l'impact des crises multiples et de répondre aux besoins urgents des plus vulnérables, dans le cadre de sa mission principale de ne laisser personne de côté ». 

La Coordonnatrice résidente et humanitaire pour le Liban Najat Rochdi lors d'une conférence de presse en juillet 2022 à Genève.
ONU Photo
La Coordonnatrice résidente et humanitaire pour le Liban Najat Rochdi lors d'une conférence de presse en juillet 2022 à Genève.

L’aide humanitaire a couvert 1,6 millions de Libanais

Ces efforts se sont traduits de 2021 à mai 2022 par la fourniture d'une aide humanitaire directe à plus de 1,6 million de Libanais, notamment une aide en espèces, des denrées alimentaires, des services de santé, d'éducation, de protection, d'hébergement et d'approvisionnement en eau. 

D'autres ressources sont également investies dans le développement et le renforcement des capacités en réponse à la crise actuelle, a plaidé la haute fonctionnaire.

Mme Rochdi a enfin assuré que la protection des femmes, des hommes, des garçons et des filles les plus vulnérables était une priorité pour l’ONU et ses partenaires, et que l’organisation était toujours disposée à engager un « dialogue constructif avec le gouvernement du Liban ».