Le chômage devrait rester à un niveau élevé en 2018, selon l'OIT

22 janvier 2018

Alors que l'économie mondiale se redresse, l'accroissement de la main-d'œuvre fait qu'en 2018 le chômage devrait rester au même niveau que l'année précédente, selon un nouveau rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT).

Selon ce rapport intitulé 'Emploi et questions sociales dans le monde – Tendances 2018', le taux de chômage mondial se stabilise après une hausse en 2016. Il aurait atteint 5,6% en 2017, pour un nombre total de chômeurs dépassant les 192 millions.

Comme la conjoncture économique mondiale à long terme demeure morose malgré une croissance plus forte que prévue en 2017, le rapport attribue essentiellement la tendance positive enregistrée entre 2017 et 2018 à la bonne performance des marchés du travail dans les pays développés, où le taux de chômage devrait encore reculer de 0,2 point de pourcentage en 2018 pour se limiter à 5,5%, un taux inférieur à ce qu'il était avant la crise.

A l'inverse, la croissance de l'emploi ne devrait pas suffire à combler l'augmentation de la population active dans les pays émergents et les pays en développement, mais elle a toutefois progressé par rapport à 2016.

« Même si le chômage s'est stabilisé à l'échelle mondiale, les déficits en matière de travail décent sont encore répandus: l'économie mondiale ne crée toujours pas suffisamment d'emplois. Des efforts supplémentaires doivent être déployés pour améliorer la qualité du travail pour celles et ceux qui ont un emploi et pour garantir que les gains de croissance sont équitablement répartis », estime le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

Le rapport rappelle que les progrès significatifs obtenus par le passé en matière de réduction de l'emploi vulnérable se sont enrayés depuis 2012. Ce qui signifie que près de 1,4 milliard de travailleurs occupaient un emploi vulnérable en 2017 et que 35 millions d'autres devraient les rejoindre en 2019. Dans les pays en développement, l'emploi vulnérable touche trois travailleurs sur quatre.

Sur une note plus positive, le rapport relève que la pauvreté au travail continue de reculer dans les pays émergents, où le nombre de personnes se trouvant dans l'extrême pauvreté au travail devrait atteindre 176 millions en 2018, soit 7,2% de l'ensemble des personnes employées.

« Dans les pays en développement toutefois, la réduction de la pauvreté au travail n'avance pas suffisamment vite pour compenser l'expansion de la population active. Le nombre de travailleurs vivant dans l'extrême pauvreté devrait rester obstinément au-delà des 114 millions pour les années à venir, touchant 40 pour cent de l'ensemble des travailleurs en 2018 », explique Stefan Kühn, économiste à l'OIT et principal auteur du rapport.

AUDIO: Stefan Kühn, Économiste et rédacteur principal du rapport de l'OIT, Emploi et questions sociales dans le monde – Tendances 2018 Crédit: Photo Jonathan Erns/Banque mondiale

Les auteurs soulignent aussi le fait que les taux d'activité des femmes demeurent bien inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. Les femmes sont davantage confrontées à des salaires inférieurs et à des emplois de moindre qualité.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chômage des jeunes reste élevé malgré des progrès depuis le paroxysme de la crise en 2009, selon l'OIT

Malgré une baisse significative du chômage des jeunes depuis le paroxysme de la crise économique en 2009, la persistance du chômage et la pénurie d'emplois de qualité continuent d'entraver la quête de travail décent des jeunes, selon un nouveau rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT).