L'ONU consternée par le décès de 13 Syriens alors qu'ils tentaient d'entrer au Liban par une nuit de tempête

22 janvier 2018

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) se sont dit consternés par le décès de 13 Syriens près du point de passage frontière de Masnaa dans l'est du Liban, lors de leur tentative d'entrée jeudi ur le territoire libanais via un itinéraire emprunté par les passeurs au cours d'une nuit de tempête.

« Les victimes tentaient de progresser vers le Liban sur un terrain accidenté par un temps glacial. D'autres membres du groupe, dont une femme enceinte, ont été découverts à temps et aidés - par des habitants des environs, des militaires libanais et la protection civile - à rejoindre des hôpitaux alors qu'ils risquaient de mourir de froid », a expliqué le HCR dans un communiqué de presse publié dimanche.

Selon l'agence onusienne, « ces décès tragiques témoignent du désespoir des personnes qui tentent de rejoindre la sécurité au Liban ». « Ils nous rappellent également que la situation en Syrie demeure très difficile et que les gens continuent de prendre des risques démesurés pour traverser la frontière vers la sécurité », a-t-elle ajouté.

« Les Syriens continuent de risquer leurs vies et celles de leurs enfants dans une recherche désespérée de sécurité et d'abri », a également déploré le Directeur régional de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Geert Cappelaere.

« Les enfants en Syrie, au Liban, en Iraq, au Yémen, dans l'État de Palestine, en Jordanie, en Turquie et en Égypte, ainsi que dans de nombreux autres pays du monde touchés par des conflits luttent chaque hiver pour se chauffer », a-t-il ajouté.

L'UNICEF et ses partenaires aident les familles à faire face aux conditions météorologiques difficiles, en distribuant notamment des couvertures, des vêtements chauds et du carburant pour chauffer les écoles.

Le HCR a présenté ses plus sincères condoléances aux familles des défunts et a réitéré son appel aux États, dans le monde entier, à garantir la sécurité des mouvements et à permettre l'entrée sur leurs territoires des personnes qui ont besoin de protection internationale.

« Nos pensées sont avec les familles qui ont perdu leurs êtres chers, victimes d'une guerre qui va bientôt entrer dans sa huitième année », a dit M. Cappelaere.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : deux responsables de l'ONU dénoncent le niveau intolérable de souffrance et de violence infligées aux civils

Le Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng, et le Conseiller spécial pour la responsabilité de protéger, Ivan Simonovic se sont dit préoccupés par les conséquences dévastatrices de l'escalade des hostilités sur les civils dans la Ghouta orientale et Idlib, en Syrie.