Sénégal, Guinée, Navi Pillay fait sa première tournée en Afrique de l'Ouest

Sénégal, Guinée, Navi Pillay fait sa première tournée en Afrique de l'Ouest

Navi Pillay.
La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, sera la semaine prochaine en Guinée et au Sénégal, dans le cadre de sa première visite officielle en Afrique de l'Ouest depuis sa nomination. Elle y aura des rencontres avec les autorités nationales et des représentants de la société civile pour faire le point sur un éventail de questions relatives aux droits de l'homme dans ces deux pays.

L'année dernière, un bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a ouvert en Guinée, après un rapport d'une commission d'enquête internationale sur les violences perpétrées le 28 septembre 2009, lors de la répression d'un rassemblement de l'opposition au Grand stade de Conakry, qui s'était soldée par la mort de dizaine de civils.

Lors de sa visite en Guinée, la Haut commissaire s'entretiendra avec le Président Alpha Condé, le Premier ministre Saïd Mohamed Fofana, plusieurs ministres et membres du Conseil national de la transition, ainsi qu'avec des représentants d'organisations de la société civile et d'autres acteurs. Navi Pillay devrait également rencontrer des réfugiés de Côte d'Ivoire et visiter un centre réservé aux victimes de violations des droits de l'homme. A l'issue de cette visite, elle tiendra une conférence de presse le 15 mars, dans la capitale Conakry.

Au Sénégal ensuite, où est installé depuis 2008 le Bureau régional du HCDH pour l'Afrique de l'Ouest, elle s'entretiendra avec le Président Abdoulaye Wade, les ministres du gouvernement sénégalais, le Représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest et des organisations de la société civile.

Lors de sa visite, elle devrait également signer un nouveau protocole d'accord pour prolonger la présence du Bureau régional du HCDH mis en place initialement pour une durée de deux ans.

Au Sénégal, Navi Pillay visitera également un centre régional de réadaptation pour les victimes de torture situé dans la ville de Thiès, à 60 km à l'est de la capitale Dakar. La structure est financée en partie par le Fonds de contributions volontaires de l'ONU pour les victimes de la torture.

Avant de quitter le Sénégal, elle tiendra une conférence de presse mercredi 16 mars, au ministère sénégalais des affaires étrangères, à Dakar, dans la foulée d'entretiens avec le chef de la diplomatie sénégalaise.