L'UNESCO condamne le meurtre de deux journalistes aux Philippines

L'UNESCO condamne le meurtre de deux journalistes aux Philippines

media:entermedia_image:bd225393-da1a-4e44-951f-67e4a59c7e37
L'agence de l'ONU pour l'éducation et la culture a condamné le meurtre de deux journalistes philippins en une seule semaine, portant à 46 le nombre de journalistes tués depuis 1986, une situation dont la gravité n'est dépassée qu'en Iraq.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture ( UNESCO ), Koïchiro Matsuura, a condamné la torture et l'assassinat du journaliste philippin Stephen Omais et exprimé son inquiétude face à la violence croissante qui frappe les journalistes aux Philippines.

« Je condamne le meurtre de Stephen Omais. Ceux qui l'ont tué, abandonnant ensuite son corps dans une décharge, voudraient faire subir le même sort à la démocratie et à l'Etat de droit », a déclaré le directeur général, dans un communiqué de l'agence publié le 3 décembre.

Soulignant le niveau « alarmant » des violences contre les journalistes, Koïchiro Matsuura appelé à ce que des mesures soient prises pour « traduire en justice les criminels responsables de ces actes barbares ».

Selon la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), Stephen Omais, jeune journaliste de 23 ans qui travaillait pour Guru Press, un journal communautaire bimensuel, a été retrouvé mort dans une décharge à Tabuk Town (Province de Kalinga, au Nord des Philippines), son corps portant des traces de torture.

« Toujours selon la FIJ, il aurait été tué le 26 novembre, peu après que le journal a reçu des menaces de mort au sujet d'un article sur un projet de travaux publics », indique le communiqué de l'UNESCO.

Il s'agit du second journaliste philippin assassiné en une semaine et, selon les organisations professionnelles, du 46e journaliste tué dans ce pays depuis l'établissement de la démocratie en 1986, précise le communiqué.

Le 1er décembre, le directeur général de l'UNESCO, avait condamné l'assassinat du journaliste Allan Dizon, tué le 27 novembre à Cebu (Philippines).

Selon l'organisation non-gouvernementale Reporters sans frontières, Allan Dizon, journaliste et photographe pour le quotidien The Freeman et le tabloïd Banat News, avait récemment écrit sur le trafic de drogue dans la zone de Cebu.

« Iraq excepté, aucun pays n'a enregistré cette année un aussi grand nombre de journalistes tués que les Philippines. Selon l'AMJ, aucun des responsables de ces meurtres n'a été condamné », indique l'UNESCO.