Afghanistan : accélération du désarmement

6 décembre 2004

Reflet de l'élan pris par le programme de désarmement, 588 soldats ont déposé les armes en deux jours, fait savoir la Mission de l'ONU en Afghanistan, qui fait état de consultations avec les partis politiques et d'une formation sur les droits de l'homme destinée aux médias en vue de l'élection parlementaire de 2005.

“En deux jours, près de 588 soldats et officiers afghans ont désarmé », a déclaré Manoel de Almeida e Silva, porte-parole du Représentant spécial du Secrétaire général en Afghanistan, qui est le chef de la Mission de l'ONU dans le pays, lors de son point de presse (en anglais) du 5 décembre 2004.

Selon les informations transmises par le Programme pour un nouveau départ, le programme pour la réintégration des ex-combattants du PNUD et du gouvernement afghan, 26 569 membres des forces militaires afghanes ont désarmé, indique le communiqué de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Manoel de Almeida e Silva a estimé que ces chiffres concernant le désarmement, la démobilisation et la réintégration reflétaient le « nouvel élan pris par le désarmement », alors qu'il estimait déjà, le 2 décembre, que le nombre total de soldat à désarmer ou déjà désarmés s'élevait selon les nouveaux calculs à 50 000 au lieu de 100 000 (voir notre dépêche du 2 décembre 2004).

Par ailleurs, le porte-parole a informé du déroulement de consultations informelles à Kaboul avec les partis politiques, organisées par la MANUA et l'Institut national pour la démocratie.

Le Vice Représentant spécial du Secrétaire général, Filippo Grandi, a rappelé les points en suspens pour la préparation des élections, à savoir le recensement de la population pour l'allocation des sièges à l'Assemblée nationale afghane, le découpage des districts et l'élaboration des listes d'électeurs.

« Nous devons tous apprendre la démocratie ensemble » a-t-il souligné, précisant qu'il restait aussi à déterminer la forme de la Commission électorale indépendante pour la prochaine élection afghane.

En parallèle, la MANUA a aussi organisé un atelier sur les droits de l'homme destiné aux médias, a précisé le porte-parole.

Cet atelier a rassemblé 20 éditeurs en chef des médias afghans, de la télévision, de la radio et de la presse écrite. « La couverture des droits de l'homme dans les médias ne fait pas qu'informer le public, mais permet aussi d'atténuer et de prévenir les violations », a déclaré Filippo Grandi à cette occasion.

Enfin, le porte-parole de la Mission de l'ONU a indiqué que venait de s'achever le programme de formation du personnel judiciaire afghan, qui avait commencé en juillet 2003 avec pour objectif de former plus de 450 juges et procureurs et « d'améliorer ainsi l'administration de la justice ».

« Les participants, dont un tiers sont des femmes, ont reçu 300 heures de formation en droit civil, commercial, pénal, administratif, et en matière d'éthique », indique le communiqué de la MANUA.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.