Seuil de l'urgence dépassé au Darfour, selon l'OMS

14 septembre 2004

Des milliers de personnes meurent chaque jour au Darfour de maladies qui pourraient être facilement évitées ou soignées, indique une enquête de l'agence de l'ONU pour la santé qui alerte sur le fait que le taux de mortalité au sein des populations déplacées de cette région de l'Ouest du Soudan a largement franchi le seuil qui permet de caractériser une situation d'urgence. L'occasion pour l'agence de rappeler que seulement la moitié des fonds nécessaires à l'aide humanitaire est disponible à ce jour.

Selon les résultats d'une enquête publiée hier par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) présenté hier dans un communiqué émanant du Siège de l'agence à Genève, le taux de mortalité au sein des populations déplacées du Darfour a franchi le seuil de la crise humanitaire et des milliers de personnes, y compris des enfants âgés de moins de 5 ans, meurent chaque jour de maladies qui pourraient être facilement évitées ou soignées.

Un mort pour 10 000 personnes par jour est le taux de mortalité qui définit habituellement une crise humanitaire, rappelle l'OMS. Son enquête, réalisée entre le 15 juin et le 15 août derniers, révèle que le taux de mortalité est de 1,5 mort pour 10 000 personnes par jour au Darfour-Nord et de 2,9 au Darfour-Ouest. « Les chiffres indiquent que les populations déplacées du Nord et de l'Ouest du Darfour meurent entre 3 et 6 fois plus que le taux de mortalité qui devrait être enregistré », conclut l'étude.

« Cette enquête confirme ce que le personnel humanitaire craignait depuis des semaines (…) Des milliers, y compris des milliers d'enfants de moins de 5 ans, meurent chaque jour de maladies qui être pourraient facilement prévenues ou soignées » déplore Lee Jong-Wook, le directeur général de l'OMS. « Une action plus importante et mieux ciblée est maintenant vitale » prévient-il.

Selon l'étude réalisée, la diarrhée est la principale cause de mortalité, entraînant la mort de près de 3 enfants sur 4, âgés de moins de 5 ans. La violence infligée aux populations et les blessures qui en résultent, plus particulièrement chez les hommes âgés de 15 à 49 ans, constituent une autre cause importante de mortalité : 15% de la totalité des décès selon l'enquête.

L'équipe qui a menée l'enquête a collecté ses données en s'adressant directement aux populations déplacées, dans plus de 1500 foyers, du Nord et de l'Ouest du Darfour. Elle a également commencé une étude dans le Darfour-Sud mais n'a pas eu y rassembler toutes les données nécessaires. « L'équipe a dû suspendre ses travaux après un hold-up et un vol qui a lieu à Nyala, dans la capitale du Darfour-Sud, au début du mois de septembre », explique l'OMS dans son communiqué.

Pour réduire ce niveau de mortalité, il faut renforcer l'approvisionnement en eau, améliorer l'hygiène, la sécurité et la gestion des camps, indique l'agence de l'ONU qui rappelle que 1,2 million de personnes ont fui leur village. Il faut aussi et surtout augmenter les ressources financières de l'aide humanitaire.

L'OMS souligne que les agences humanitaires de l'ONU et les Organisations non gouvernementales (ONG) ont délivré suffisamment de nourriture pour nourrir, au mois d'août, plus de 900 000 personnes déplacées. Par ailleurs, 700 000 personnes ont maintenant accès à l'eau potable, plus de 30 000 latrines ont été construites et 127 centres médicaux peuvent atteindre 950 000 personnes.

« Le personnel humanitaire a déjà fait beaucoup pour réduire le taux de mortalité. Les efforts supplémentaires dont les populations du Darfour ont maintenant besoin comprennent un meilleur accès à l'eau potable, à l'hygiène et aux premiers soins dans les camps de réfugiés, la sécurité des personnes déplacées et de celles qui travaillent dans l'humanitaire, une meilleure gestion des camps et l'assurance d'avoir des ressources financières nécessaires pour les mois à venir », a indiqué Hussein Gezairy, directeur régional de l'OMS. Selon lui, seulement la moitié des fonds nécessaires à l'aide humanitaire pour les populations du Darfour est disponible.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.