Le droit à l'éducation des enfants non obligatoire dans au moins 25 pays, selon un rapport de l'ONU

20 avril 2004

Le droit des enfants à l'éducation est sérieusement menacé dans des dizaines de pays où ils sont légalement autorisés à travailler, à se marier ou déclarés pénalement responsables à un âge où ils sont tout aussi légalement obligés d'aller à l'école, souligne un rapport présenté aujourd'hui à Genève en Suisse par Droit à l'éducation et le Bureau international de l'éducation de l'UNESCO.

« Il n'est pas rare de trouver dans un même pays une loi obligeant les enfants à aller à l'école jusqu'à 14 ou 15 ans et, en même temps, une autre loi les autorisant à commencer à travailler à un âge moins élevé, ou à se marier à 12 ans, ou les rendant pénalement responsable à partir de 7 ans », explique Angela Melchiorre, expert des droits de l'enfant et auteur de « A quel âge… ? », cité dans un communiqué de l'Organisation pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) diffusé aujourd'hui.

Le rapport, présenté à l'occasion de la Semaine de l'Education pour tous, qui se déroule du 19 au 25 avril, montre que la scolarité n'est pas obligatoire dans au moins 25 pays, dont dix en Afrique subsaharienne, six en Asie de l'Est et Pacifique, quatre dans les Etats arabes, trois en Asie du Sud et de l'Ouest, et deux en Amérique latine et dans les Caraïbes.

« Les objectifs d'éducation universelle et d'élimination du travail des enfants sont intimement liés », souligne le rapport. « Une éducation gratuite et obligatoire de bonne qualité, assurée jusqu'à l'âge minimal d'entrée dans le monde du travail, est un facteur primordial de la lutte contre l'exploitation économique des enfants ».

Selon l'auteur, il n'y a pas d'âge minimal pour le mariage dans 38 pays, dont 15 font partie de l'Afrique subsaharienne, sept de l'Asie de l'Est et du Pacifique, six de l'Amérique latine et des Caraïbes, quatre de l'Asie du Sud et de l'Ouest, quatre des Etats arabes et deux de l'Amérique du Nord et de l'Europe de l'Ouest. Dans 44 autres pays, les filles peuvent se marier plus jeunes que les garçons.

Droit à l'éducation (DAE) est un projet sur les droits de l'homme accessible au public et dédié uniquement au droit à l'éducation. Il a été mis en place par Katarina Tomasevski, premier rapporteur spécial sur le droit à l'éducation de la Commission des Nations Unies sur les droits de l'homme, après sa nomination en 1998.

Le Bureau international de l'éducation de l'UNESCO, basé à Genève, est un institut autonome spécialisé dans le contenu et la politique de l'éducation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.