L'accès des filles à l'école toujours inférieur à celui des garçons, constate l'UNESCO

6 novembre 2003

De fortes disparités subsistent dans 54 pays quant à l'accès à l'école des filles. C'est le constat auquel aboutit le rapport mondial de l'UNESCO, l'agence de l'ONU pour l'éducation, lancé aujourd'hui à New Delhi en Inde.

Malgré de réels progrès au cours des années 90, la parité entre les sexes en matière d'éducation reste une perspective lointaine dans 54 pays, dont 16 pays d'Afrique subsaharienne, le Pakistan et l'Inde, souligne le Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous, l'étude la plus complète sur les tendances de l'éducation dans le monde, préparée par une équipe internationale indépendante basée au siège de l'UNESCO, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, à Paris.

Pour le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, « ces résultats sont inquiétants. L'inégalité devant l'éducation constitue une grave atteinte aux droits de l'homme fondamentaux mais aussi un obstacle important au développement social et économique. »

Le rapport enregistre cependant une progression plus rapide des effectifs des filles par rapport à ceux des garçons dans le primaire et un indice de parité entre les sexes (IPS) passé, au niveau mondial, de 0,89 à 0,93, un indice de 1 indiquant la parité. Malgré cela, 57 % des 104 millions d'enfants en âge de fréquenter l'école primaire et non scolarisés dans le monde sont des filles.

« Investir dans l'éducation des filles offre un gros retour sur investissement », déclare le directeur du rapport, Christopher Colclough. « L'éducation aide à augmenter de façon significative la productivité [des femmes], augmentant ainsi les revenus du foyer et réduisant la pauvreté. Cela améliore aussi le bien-être individuel et social. Quand des parents, en particulier des mères, sont éduqués, leurs enfants - tant garçons que filles - sont en meilleure santé, mieux nourris et ont de plus grandes chances d'aller à l'école et d'y réussir. »

Il y a de nombreux obstacles à l'éducation des filles, notamment le mariage précoce, le sida, la guerre et la violence dans les écoles. Au Népal, par exemple, 40 % des filles sont mariées avant d'avoir 15 ans. En Afrique australe et dans les Caraïbes, les taux d'infection par le sida sont 4 à 7 fois plus élevés pour les filles de 15 à 19 ans que pour les garçons, une « disparité liée à la généralisation de l'exploitation, des abus sexuels et des pratiques discriminatoires », explique le rapport.

L'égalité des sexes dans l'éducation est l'un des six objectifs du Programme Education pour tous, que 164 gouvernements ont fait leur, lors du Forum mondial sur l'éducation qui s'est déroulé à Dakar au Sénégal en avril 2000. Ils se sont fixés comme première étape vers cette égalité la réalisation d'ici 2005 de la parité entre les sexes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.