La forme actuelle de grippe aviaire est particulièrement virulente, indique l'OMS

La forme actuelle de grippe aviaire est particulièrement virulente, indique l'OMS

Grippe aviaire
Selon l'agence de l'ONU pour la santé, le virus de la grippe aviaire ou grippe du poulet qui sévit actuellement dans huit pays d'Asie est extrêmement virulent ; en deux mois il a entraîné la mort de 100 millions de volatiles, un total plus élevé qu'au cours de l'ensemble combiné des expériences précédentes pendant les quatre dernières décennies.

Un contrôle rapide de la grippe aviaire est peu probable compte tenu de l'expérience acquise pendant les quatre dernières décennies, à l'occasion des précédentes épidémies, pourtant de moindre portée et intrinsèquement moins difficiles à maîtriser, indique (en anglais) un communiqué de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié aujourd'hui.

Même dans les pays qui bénéficient d'une surveillance et de ressources adéquates et où les flambées sont géographiquement limitées, il faut souvent plus de deux ans pour en venir à bout, poursuit le communiqué de l'OMS.

L'agence insiste également sur le caractère extrêmement pathogène de l'actuelle épidémie. Jusqu'à la fin de 2003, la grippe aviaire, qui survenait essentiellement en Europe et dans les Amériques, était considérée comme une maladie rare. Depuis la mi-décembre 2003, la souche H5N1 a provoqué des épidémies hautement pathogènes dans huit pays d'Asie dont certains ont affaire à la maladie pour la première fois de leur histoire, indique l'OMS.

Au cours des deux mois écoulés, plus de 100 millions de volatiles sont morts, soit des effets de la maladie, soit dans le cadre d'abattage préventif, un chiffre supérieur au total combiné des volailles abattues lors des précédentes flambées.

Parmi les caractéristiques spécifiques à l'épidémie actuelle, l'OMS note le fait que, dans plusieurs des pays touchés, la volaille, dans 80% des cas, est élevée à l'air libre (par opposition à l'élevage en batteries) dans de petites fermes en zone rurale ce qui rend extrêmement difficile la mise en oeuvre de mesures de contrôle strictes.