Grippe aviaire : nouveaux cas mortels au Vietnam signalés par l'agence de la santé de l'ONU

Grippe aviaire : nouveaux cas mortels au Vietnam signalés par l'agence de la santé de l'ONU

media:entermedia_image:bc9640dc-50f9-4897-bf0b-bcbdd984f294
Les analyses de laboratoire ont confirmé trois autres cas de grippe aviaire H5N1 au Vietnam, tous hospitalisés à Ho Chi Minh-Ville. Deux des cas sont décédés, ce qui porte à 13 le nombre des cas mortels enregistrés dans le pays, indique l'agence pour la santé de l'ONU.

En ce qui concerne les trois cas confirmés, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) précise, dans un communiqué publié hier, qu'il s'agit d'un enfant de 6 ans décédé le 3 février, d'un homme de 24 ans décédé le 3 février et d'un homme de 23 ans toujours hospitalisé.

L'agence indique également que les flambées de grippe aviaire H5N1 affectant les volailles et signalées actuellement dans huit pays asiatiques sont sans précédent du point de vue de leur ampleur, de leur extension géographique et de leurs conséquences économiques pour le secteur agricole et qu'il existe un risque important que la souche H5N1 ne devienne endémique dans les populations de volaille de cette zone géographique.

L'infection qui touche les oiseaux peut se propager à distance, dans des régions éloignées, précise également le communiqué qui ajoute qu'à ce jour, seuls deux pays ont signalé des cas humains, le Vietnam et la Thaïlande, « qui connaissent une extension généralisée des flambées épidémiques affectant les volailles. »

Selon l'OMS, on peut toutefois s'attendre à la détection de cas humains dans les autres pays où les flambées épidémiques affectant les volailles sont en voie d'extension.

« Les informations à notre disposition laissent penser que cette souche H5N1 ne se transmet pas facilement à l'homme à partir des volailles », souligne toutefois le communiqué tout en ajoutant que les virus grippaux étant génétiquement instables et ayant un comportement imprévisible, la situation actuelle peut donc évoluer très rapidement.

Lorsqu'une maladie affectant un secteur économiquement important de l'agriculture pose un risque pour la santé de l'homme, il ne faut pas minimiser ce risque, aussi difficile à prévoir soit-il, dans le seul but de préserver la confiance des consommateurs, indique l'OMS, qui demande que des mesures visant à éliminer cette maladie dans les élevages de volailles soient instaurées d'urgence dans la mesure où elles réduisent aussi les possibilités d'exposition et d'infection pour l'homme.