Des enfants se tiennent debout dans une eau de crue dans l'État de Borno, au Nigeria.

Afrique de l’Ouest et centrale : des millions de personnes affectées par les inondations

© UNICEF/Vlad Sokhin
Des enfants se tiennent debout dans une eau de crue dans l'État de Borno, au Nigeria.

Afrique de l’Ouest et centrale : des millions de personnes affectées par les inondations

Migrants et réfugiés

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a mis en garde, vendredi, contre l’augmentation des besoins de plus de 3,4 millions de personnes déplacées et des communautés hôtes, suite aux récentes inondations dévastatrices au Tchad, au Niger, au Burkina Faso, au Mali, au Cameroun et au Nigéria.

Ainsi le Nigéria est confronté aux pires inondations de la décennie, et des centaines de vies ont été perdues.

« Plus de 1,3 million de personnes ont été déplacées et plus de 2,8 millions ont été touchées, selon les estimations des Nations Unies, car les terres agricoles et les infrastructures ont été submergées », a affirmé lors d’un point de presse, Olga Sarrado, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Dans le nord-est du Nigéria, les eaux de crue ont balayé les sites de personnes déplacées et les villages des communautés d’accueil dans les États de Borno, Adamawa et Yobe, obligeant les habitants à se réfugier sur des terrains plus élevés. Dans l’État de Taraba, de fortes pluies ont coupé l’aide humanitaire aux communautés touchées dans la ville de Baissa.

Des centaines de morts et des milliers de déplacés au Sahel central

Toujours dans le Bassin du Lac Tchad, les autorités de N'Djaména ont déclaré l’état d’urgence après que des inondations aient touché plus d’un million de personnes. Dans le sud du Tchad, les fortes pluies ont fait sortir les rivières Chari et Logone de leur lit, submergeant les champs, tuant le bétail et forçant plus de 90.000 personnes à fuir leurs maisons et à se réfugier à N’Djamena, la capitale tchadienne.

Au Cameroun voisin, plus de 63.000 personnes ont été affectées par les crues des deux fleuves dans les districts de Kousseri, Zina, Makari, Blangoua et Logone Birni.

Dans les pays du Sahel central - Niger, Mali et Burkina Faso - des pluies supérieures à la moyenne et des inondations ont fait des centaines de morts, déplacé des milliers de personnes et décimé plus d’un million d’hectares de terres cultivées. Quelque 380.000 personnes déplacées vivent dans les zones du Burkina Faso touchées par les inondations - dans les régions du Sahel, du Centre-Nord et du Nord.

Des enfants à Maidurguri, Capital de l'Etat de Borno dans le nord est du Nigéria
UNICEF/Fati Abubakar
Des enfants à Maidurguri, Capital de l'Etat de Borno dans le nord est du Nigéria

L'une des pires crises de déplacement au monde

Au Niger, plus de 32.000 personnes ont été touchées par les inondations dans la région de Diffa, et plus de 13.000 ont été déplacées. Au Mali voisin, plus de 41.000 personnes ont été touchées par des inondations dans tout ce pays, contre plus de 10.000 en 2021.

La crise climatique se produit maintenant - détruisant les moyens de subsistance, perturbant la sécurité alimentaire, aggravant les conflits pour des ressources rares et provoquant des déplacements

« La crise climatique se produit maintenant - détruisant les moyens de subsistance, perturbant la sécurité alimentaire, aggravant les conflits pour des ressources rares et provoquant des déplacements », a ajouté Mme Sarrado. Or le lien entre les chocs climatiques et les déplacements est clair et s’accentue. 

Plus globalement, l’aggravation des chocs climatiques au Sahel en particulier a alimenté les sécheresses et les inondations, réduit les rendements agricoles et contribué à une détérioration générale des services publics pour l’une des pires crises de déplacement au monde. Les températures au Sahel augmentent 1,5 fois plus vite que la moyenne mondiale.

Des opérations humanitaires « chroniquement sous-financées »

Au-delà du Sahel, le continent africain assiste à la pire sécheresse depuis 40 ans et à la menace de famine dans la Corne de l’Afrique, à une saison cyclonique dévastatrice au Mozambique et à des inondations historiques pour une quatrième année consécutive au Soudan du Sud et au Soudan. « En 2022, les conditions météorologiques extrêmes sur le continent africain ont tué des centaines de personnes et forcé des millions d’autres à fuir leur foyer », a détaillé la porte-parole du HCR.

Face à ces conséquences du réchauffement climatique, l’agence onusienne estime que les pays et les communautés en première ligne de la crise climatique ont besoin d’un soutien et d’un financement urgents pour construire des défenses, s’adapter et minimiser les conséquences les plus néfastes. Le HCR lance un appel à tous les donateurs pour qu’ils apportent un soutien urgent à notre travail qui sauve des vies en Afrique occidentale et centrale.

Mais en attendant, les opérations humanitaires en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale sont « dangereusement et chroniquement sous-financées ». Au Tchad, seuls 43% des fonds dont le HCR a besoin pour 2022 ont été reçus.

Au Burkina Faso, les opérations 2022 ne sont financées qu’à 42%. À moins de deux mois de l’échéance, le HCR a reçu près de 40% des fonds nécessaires au Nigéria et plus de 5% au Niger.