Soudan du Sud : plus de 900.000 personnes directement touchées par des inondations historiques

Une famille transporte ses biens hors d'une zone inondée à Bentiu, au Sud-Soudan.
© UNICEF/Sebastian Rich
Une famille transporte ses biens hors d'une zone inondée à Bentiu, au Sud-Soudan.

Soudan du Sud : plus de 900.000 personnes directement touchées par des inondations historiques

Migrants et réfugiés

Après une quatrième année d’inondations historiques et des dévastations au Soudan du Sud, plus de 900.000 personnes ont été directement touchées, a alerté vendredi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Face à des pluies et des inondations record pour la quatrième année consécutive, et à la menace d’une aggravation de la situation en raison de l’accélération de la crise climatique, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) appelle à un soutien international pour les efforts humanitaires dans ce pays d’Afrique orientale.

Les deux tiers du pays connaissent actuellement des inondations. Plus de 900.000 personnes ont été directement touchées.

« Les eaux ont emporté des maisons et du bétail, forcé des milliers de personnes à fuir et inondé de vastes étendues de terres agricoles », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Boris Cheshirkov, porte-parole du HCR.

Cette photo illustre l'impact des pires inondations depuis 60 ans à Bentiu et dans l'État de l'Unité, qui ont emporté les récoltes, le bétail et laissé des villages sous l'eau.
© UNICEF/Sebastian Rich
Cette photo illustre l'impact des pires inondations depuis 60 ans à Bentiu et dans l'État de l'Unité, qui ont emporté les récoltes, le bétail et laissé des villages sous l'eau.

460.000 personnes déjà déplacées par les inondations et le conflit dans l’État d’Unity

Cela aggrave une situation d’urgence alimentaire déjà « très grave ». Les forages et les latrines ont été submergés, contaminant les sources d’eau et risquant de provoquer des épidémies.

Dans l’État d’Unity, la capitale, Bentiu, est devenue une île entourée par les eaux de crue. Toutes les routes d’accès et de sortie sont impraticables et seuls des bateaux et la piste d’atterrissage permettent à l’aide humanitaire d’atteindre 460.000 personnes déjà déplacées par les inondations et le conflit.

Les camps de déplacés se trouvent sous le niveau actuel des eaux, protégés des inondations uniquement par des digues - de grands monticules de terre compactée - érigées par les Nations Unies, le gouvernement et les habitants eux-mêmes.

De nombreuses routes menant aux camps de déplacés inaccessibles

Face aux inondations, le HCR a intensifié son soutien aux populations vulnérables dans les zones difficiles d’accès par le biais d’équipes mobiles de réponse de protection. Cependant, de nombreuses routes sont inaccessibles et les moyens de transport alternatifs sont rares.

À Maban, dans l’État du Nil Supérieur, les camions transportant de la nourriture et des articles de secours indispensables ne peuvent pas atteindre le camp de réfugiés de Doro car les routes sont bloquées par l’eau. Cela signifie que les rations d’octobre ne parviendront pas aux 75.000 réfugiés soudanais qui y vivent.

Le mois dernier, des camions sont restés bloqués sur la route pendant des semaines. « Des rations alimentaires ont finalement été acheminées par avion jusqu’au camp, mais les fonds disponibles ne permettent pas de renouveler cette opération », a affirmé le porte-parole du HCR, relevant que « de nombreuses personnes risquent de souffrir de la faim ».

Une femme nourrit son enfant dans un centre de nutrition au Sud-Soudan.
© PAM/Eulalia Berlanga
Une femme nourrit son enfant dans un centre de nutrition au Sud-Soudan.

Une grave insécurité alimentaire touche 60 % de la population

Si la crise des réfugiés au Sud-Soudan reste la plus importante d’Afrique, avec plus de 2,3 millions de Sud-Soudanais réfugiés dans les pays voisins, l’ONU estime à 2,2 millions le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Le Soudan du Sud accueille également plus de 340.000 réfugiés.

Déchiré par la guerre civile pendant la majeure partie de sa brève histoire, le Soudan du Sud est affligé par une violence intercommunautaire généralisée, les effets dévastateurs du changement climatique et une grave insécurité alimentaire qui touche 60% de la population de 11 millions d’habitants.

Les prix des denrées alimentaires ont grimpé en flèche et la monnaie a été dévaluée, exacerbant une crise humanitaire prolongée. Les besoins de nourriture, d’abris, d’eau et de fournitures sanitaires augmentent rapidement, alors que les stocks d’articles de base s’épuisent.