Forcée de quitter l'école, mais refusant d'abandonner l'éducation en Afghanistan

Mursal Fasihi, 17 ans, ne peut pas retourner étudier en Afghanistan.
UNFPA Afghanistan
Mursal Fasihi, 17 ans, ne peut pas retourner étudier en Afghanistan.

Forcée de quitter l'école, mais refusant d'abandonner l'éducation en Afghanistan

Femmes

Les filles en Afghanistan ont été forcées de quitter l'école secondaire, depuis que les Talibans sont revenus au pouvoir il y a un an. Une initiative soutenue par les Nations Unies forme les filles à aider les autres dans leur situation, en éduquant leurs pairs jusqu'à ce qu'elles soient en mesure de retourner à un enseignement formel.

Un an après la prise de pouvoir des Talibans, Mursal Fasihi, 17 ans, ne croit toujours pas qu'elle ne puisse pas retourner à l'école. Autrefois une élève studieuse, Mlle Fasihi - comme toutes les filles en âge d'aller à l'école secondaire - n'a pas pu retourner en classe en raison des règles imposées par les dirigeants de facto du pays.

« Ce n'est pas juste qu'ils décident pour nous, nous ordonnant d'aller avec un mahram [un chaperon masculin], que nous devions nous cacher le visage et arrêter d'aller à l'école », dit-elle, faisant référence à la série de directives qui ont effectivement interdit aux femmes et aux filles de participer à la vie publique.

La dernière fois qu’elle a vu l'intérieur d'une école, c'était lorsqu'elle a passé son examen final en juillet 2021. Un mois plus tard, les Talibans ont balayé l'Afghanistan, ce qui s'est terminé par la chute de Kaboul le 15 août.

« Mes amis, mes professeurs et mon école me manquent »

Certains de ses amis ont pu quitter l'Afghanistan et poursuivent maintenant leurs études à l'étranger. « Mes amis, mes professeurs et mon école me manquent vraiment. Mon école était un endroit formidable, mais maintenant je ne peux plus y aller », dit-elle.

Ses rêves de devenir médecin sont désormais incertains. Mais son espoir ne s'éteindra pas. Pour occuper son temps tout en se sentant productive, Mursal Fasihi a rejoint le Youth Peer Educators Network (Y-PEER), une initiative régionale dirigée par et pour les jeunes, soutenue par l'agence des Nations Unies pour la santé reproductive, l'UNFPA.

Y-PEER se concentre sur le renforcement des compétences de vie des jeunes pour faire face aux défis auxquels ils sont confrontés. Mursal Fasihi a participé à une session de formation en juillet dernier et est maintenant l'une des 25 formatrices pour Y-PEER en Afghanistan.

La formation lui a ouvert les yeux sur divers problèmes auxquels les jeunes Afghans sont confrontés au quotidien. En tant que jeune femme instruite de la ville de Kaboul, elle n'avait pas réalisé combien de filles, en particulier les jeunes filles vivant dans la pauvreté ou dans des zones reculées, souffrent d'expériences négatives telles que le mariage précoce et la grossesse chez les adolescentes.

Une fille afghane pose le visage caché à l'intérieur d'une maison de Kaboul, la capitale de l'Afghanistan.
© UNICEF/Mohammad Haya Burhan
Une fille afghane pose le visage caché à l'intérieur d'une maison de Kaboul, la capitale de l'Afghanistan.

Une augmentation sans précédent de la pauvreté

L'augmentation sans précédent de la pauvreté, résultant de la crise économique qui a accompagné le retour au pouvoir des Talibans en Afghanistan, a remis au premier plan les discussions sur ces préoccupations. En désespoir de cause, de nombreuses familles ont décidé de marier leurs jeunes filles, se déchargeant de la responsabilité de leurs soins et de leur protection.

« C'est triste car comment un enfant peut-il mettre un autre enfant au monde et l'élever ? » souligne Mursal Fasihi. « À notre âge, nous ne sommes que des enfants. Nous devrions étudier, viser de grandes choses. Il n'est pas encore temps pour nous de nous marier ».

Bien que son désir d’une éducation formelle soit suspendu indéfiniment, elle trouve un sens et un but à être une éducatrice pour les autres.

En plus d'enseigner aux jeunes les méfaits du mariage précoce et de la grossesse chez les adolescentes, elle est en mesure de partager son espoir d'un avenir meilleur.

« Lorsque le nuage sombre passera, nous verrons un matin lumineux », a-t-elle déclaré à l'UNFPA.
« J'espère que les jeunes filles n'abandonneront pas. C'est bien d'avoir peur, c'est bien de pleurer, mais abandonner n'est pas une option. J'espère qu'ils continueront à apprendre de toutes les manières possibles. Inshallah, peut-être que quelqu'un nous aidera, ou les écoles rouvriront », a-t-elle déclaré. « Notre matin lumineux viendra ».