Il faut reléguer les armes chimiques aux « pages de l'histoire », exhorte la cheffe du désarmement

La division d'inspecteurs de l'OIAC se tient prête à mener des inspections.
OIAC
La division d'inspecteurs de l'OIAC se tient prête à mener des inspections.

Il faut reléguer les armes chimiques aux « pages de l'histoire », exhorte la cheffe du désarmement

Paix et sécurité

Commémorant vendredi le 25e anniversaire de la Convention sur les armes chimiques, le chef de l'ONU a qualifié le traité de « réalisation majeure » en matière de désarmement.

« Nous ne pouvons pas permettre une érosion de ce pilier essentiel du régime de désarmement et de non-prolifération », a déclaré le Secrétaire général António Guterres. « Rien ne peut justifier leur utilisation ».

Le chef de l'ONU a rappelé que l'utilisation d'armes chimiques est une grave violation du droit international.

« Il est impératif que les responsables de l'utilisation de ces armes odieuses soient identifiés et rendent des comptes, dans l'intérêt des victimes et pour empêcher toute future guerre chimique », a-t-il dit.

Engagement du Conseil de sécurité

Dans une déclaration, le Conseil de sécurité a souligné son engagement à ne jamais les utiliser « partout, à tout moment », ou sous « en aucune circonstance ».

Les membres du Conseil ont également réitéré leur appel à « la destruction complète des stocks d'armes chimiques et des armes chimiques abandonnées », conformément à ce qui est officiellement connu sous le nom de Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'utilisation des armes chimiques et sur leur destruction. (CAC), entrée en vigueur le 29 avril 1997.

De plus, ils ont condamné l'utilisation de ces armes aveugles et inhumaines dans des conflits tels que la guerre civile syrienne, au cours du quart de siècle passé.

Le Conseil de sécurité a souligné que personne ne devrait, « en aucune circonstance », développer, produire, acquérir, stocker ou conserver des armes chimiques.

Personne ne devrait non plus transférer, directement ou indirectement, des armes chimiques ; s'engager dans des préparatifs militaires pour utiliser des armes chimiques ; ou aider, « encourager ou inciter, de quelque manière que ce soit, quiconque à se livrer à une activité interdite à un État partie en vertu de la Convention ».

Menace à la paix et à la sécurité internationales

Les membres du Conseil ont réaffirmé que « la mise au point, la fabrication et l'utilisation d'armes chimiques, interdites par la Convention, demeurent une menace manifeste à la paix et à la sécurité internationales ».

Les ambassadeurs ont également exhorté tous les États qui ne l'ont pas encore fait à devenir parties à la CAC « sans délai ».

La déclaration s'est terminée par la reconnaissance du rôle crucial de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) - l'organe chargé d'assurer la « mise en œuvre impartiale, indépendante et professionnelle de toutes les dispositions de la Convention ».

Lors d'une réunion de haut niveau au Conseil de sécurité, à l'occasion du 25e anniversaire, la Haute-Représentante pour les affaires de désarmement a fait valoir que la norme contre les armes chimiques a été à plusieurs reprises et fondamentalement remise en question.

Selon Izumi Nakamitsu, cela a été motivé par le manque de respect strict de la part de certains, la détérioration de l'environnement de sécurité internationale, la montée en puissance d'acteurs non étatiques dangereux et les développements scientifiques et technologiques.

« La communauté internationale doit agir ensemble pour renforcer la norme contre l'utilisation des armes chimiques, pour demander des comptes à quiconque s'abaisserait à les utiliser et pour relancer le régime mondial », a-t-elle déclaré.

Utilisation de produits chimiques en Syrie

La cheffe du désarmement de l'ONU a noté que des produits chimiques toxiques ont été utilisés en toute impunité comme armes en Syrie.

« Les lacunes, les incohérences et les divergences dans les déclarations initiales et ultérieures de la Syrie à l'OIAC doivent être résolues », a-t-elle déclaré, ajoutant que le gouvernement du pays déchiré par la guerre et divisé, après plus d'une décennie de combats, doit également permettre « un accès immédiat et sans entrave à l'OIAC ».

Sans la coopération de la Syrie, la communauté internationale ne peut avoir la certitude que le pays respecte ses engagements.

Mme Nakamitsu a déclaré que si nous ne parvenons pas à la fois à identifier les auteurs d'attaques à l'arme chimique et à les tenir responsables, « nous endommagerons davantage la norme contre l'utilisation d'armes chimiques ».

« De telles violations profondes du droit international ne peuvent continuer à être ignorées et non résolues ».

Soulignant les défis croissants qu'elles posent, la haute responsable de l'ONU a appelé à une collaboration plus étroite pour « rétablir le tabou contre les armes chimiques » et enfin les reléguer « aux pages de l'histoire ».