Ukraine : le chef de l’humanitaire de l’ONU chargé par Guterres d’explorer la possibilité d’un cessez-le-feu

28 mars 2022

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a annoncé lundi qu’il chargeait le chef de l’humanitaire des Nations Unies, Martin Griffiths, d’explorer avec les belligérants en Ukraine la possibilité d’un cessez-le-feu humanitaire.

« Aujourd'hui, j'annonce que dans l'exercice de mes bons offices, j'ai demandé à Martin Griffiths, le Coordonnateur de notre travail humanitaire dans le monde, d'explorer immédiatement avec les parties concernées les accords et arrangements possibles pour un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine », a dit M. Guterres lors d’un point de presse à New York.

Le chef de l'humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths.
ONU Web TV
Le chef de l'humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths.

Il a rappelé que depuis le début de l'invasion de l’Ukraine par la Russie il y a un mois, la guerre a entraîné la perte de milliers de vies ; le déplacement de dix millions de personnes ; la destruction systématique d’infrastructures essentielles ; et la flambée des prix des aliments et de l'énergie dans le monde. « Cela doit cesser », a-t-il déclaré.

« L'ONU fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider les personnes dont la vie a été bouleversée par la guerre », a-t-il ajouté.

Près de 900.000 personnes aidées par l'ONU

Au cours du mois écoulé, les agences humanitaires de l’ONU et leurs partenaires ont aidé près de 900.000 personnes, principalement dans l'est de l'Ukraine, avec de la nourriture, des abris, des couvertures, des médicaments, de l'eau en bouteille et des produits d'hygiène, a précisé le chef de l’ONU.

Il y a maintenant plus de 1.000 membres du personnel des Nations Unies dans le pays, travaillant via 8 centres humanitaires à Dnipro, Vinnytsia, Lviv, Uzhorod, Chernivitzi, Mukachevo, Louhansk et Donetsk.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et ses partenaires ont atteint 800.000 personnes au cours du mois écoulé et prévoient d’atteindre 1,2 million de personnes à la mi-avril. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont fourni à plus d'un demi-million de personnes dans les zones les plus vulnérables des kits de santé, de traumatologie et de chirurgie d'urgence.

« Pas plus tard qu'aujourd'hui, un convoi de camions a apporté de la nourriture, de l'aide médicale et d'autres fournitures de secours du PAM, de l'OMS, du HCR et de l'UNICEF à Kharkiv, qui seront livrées par nos partenaires nationaux à des milliers de personnes dans des zones durement touchées. Nos agences et partenaires fournissent une assistance vitale et mettent en place des canaux pour une livraison dans toute l'Ukraine dans les semaines à venir », a dit M. Guterres.

Nécessité de trouver une solution politique

Le Secrétaire général a toutefois souligné que la solution à cette tragédie n'est pas humanitaire, mais politique.

« Je lance donc un appel pour un cessez-le-feu humanitaire immédiat, afin de permettre des progrès dans des négociations politiques sérieuses, visant à parvenir à un accord de paix fondé sur les principes de la Charte des Nations Unies », a-t-il dit. « Une cessation des hostilités permettra l'acheminement de l'aide humanitaire essentielle et permettra aux civils de se déplacer en toute sécurité. Cela sauvera des vies, préviendra les souffrances et protégera les civils ».

Il a dit espérer qu'un cessez-le-feu aidera également à faire face aux conséquences mondiales de cette guerre, « qui risque d'aggraver la profonde crise de la faim dans de nombreux pays en développement qui manquent déjà d'espace budgétaire pour investir dans leur rétablissement après la pandémie et qui sont désormais confrontés à la flambée des coûts alimentaires et énergétiques ».

Près de 3,9 millions de réfugiés dont 40.000 en 24 heures

De son côté, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a indiqué lundi que de nombreux civils continuent de fuir la guerre en Ukraine. Au total, près de 3,9 millions de personnes ont quitté le pays depuis l’offensive russe, dont plus de 40.000 ces dernières 24 heures.

Le HCR recense exactement 3.862.797 réfugiés ukrainiens sur son site Internet dédié, lundi midi. Ce sont 41.748 de plus que lors du précédent pointage dimanche. Ce dernier décompte confirme une tendance de ces derniers jours.

Même si on se rapproche du nombre de 4 millions projeté le HCR au début du conflit, le flux de réfugiés s’est légèrement ralenti. Depuis près d’une semaine, le nombre de personnes cherchant ainsi à fuir les combats est passé nettement en dessous de 100.000 personnes par jour et même en dessous de 50.000 ces derniers jours.

Mais il s’agit tout de même d’une hausse de près de 30% depuis le 15 mars 2022. Quelque 90% de ceux qui ont fui l’Ukraine sont des femmes et des enfants. Selon l’UNICEF, plus de 1,5 million d’enfants se trouvent parmi les personnes ayant fui.

Six réfugiés sur dix en Pologne

La Pologne accueille à elle seule plus de la moitié de tous les réfugiés qui ont fui depuis le début de l’invasion russe – environ six réfugiés sur dix. Depuis le 24 février, 2.293.833 personnes fuyant le conflit en Ukraine sont entrées en Pologne, selon le décompte du HCR arrêté au 27 mars.

Selon l’Agence de l’ONU pour les réfugiés, 595.868 personnes se sont réfugiées en Roumanie. Dans le même temps, la Moldavie a accueilli près de 383.627 réfugiés ukrainiens. La Hongrie a accueilli au 27 mars 354.041 Ukrainiens, selon des chiffres du HCR. La Slovaquie recense pour sa part, 272.012 exilés ukrainiens.

Le nombre de personnes s’étant réfugiées en Russie s’élève à près de 271.254 à la date du 22 mars, dernier chiffre disponible. À la date du 27 mars, le Bélarus avait accueilli 9.075 personnes.

Au total, plus de 10 millions de personnes, soit plus d’un quart de la population, ont dû quitter leur foyer soit en traversant la frontière pour trouver refuge dans les pays limitrophes soit en trouvant refuge ailleurs en Ukraine. Outre les 3,9 millions de réfugiés dans les pays voisins, l’ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays dont 2,5 millions d’enfants déplacés internes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.