L'actualité mondiale Un regard humain

L’Assemblée générale adopte une résolution exigeant un arrêt immédiat des hostilités par la Russie contre l’Ukraine

Des familles arrivent à Berdyszcze, en Pologne après avoir fui la guerre en Ukraine.
© UNICEF/Tom Remp
Des familles arrivent à Berdyszcze, en Pologne après avoir fui la guerre en Ukraine.

L’Assemblée générale adopte une résolution exigeant un arrêt immédiat des hostilités par la Russie contre l’Ukraine

Paix et sécurité

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté jeudi une résolution sur les conséquences humanitaires de la guerre en Ukraine, dans laquelle elle exige un arrêt « immédiat » des hostilités par la Russie contre l’Ukraine.

Le texte, intitulé Conséquences humanitaires de l'agression contre l'Ukraine et présenté par l’Ukraine, a été adopté par 140 votes pour, 5 votes contre et 38 abstentions. Cette résolution n’est pas contraignante.

Le 2 mars, l’Assemblée générale avait déjà adopté une résolution dans laquelle elle exigeait le retrait des forces russes de l’Ukraine.

Jeudi, un autre projet de résolution concurrent présenté par l’Afrique du Sud et qui ne faisait aucune référence à la Russie, n’a pas été adopté, après que les Etats membres ont décidé de ne pas voter sur ce texte (50 votes pour, 67 contre et 36 abstentions).

Protéger les civils

Le texte adopté jeudi « exige une cessation immédiate des hostilités de la Fédération de Russie contre l'Ukraine, en particulier de toute attaque contre des civils et des biens de caractère civil ». Il « exige également que les civils, y compris le personnel humanitaire, les journalistes et les personnes en situation de vulnérabilité, y compris les femmes et les enfants, soient pleinement protégés ».

La résolution « exige en outre que les parties respectent leur obligation de garantir l'accès humanitaire sûr et sans entrave du personnel humanitaire ainsi que de ses moyens de transport, fournitures et équipements aux personnes dans le besoin en Ukraine et dans les pays voisins ».

Elle « souligne que les sièges de villes en Ukraine, en particulier la ville de Marioupol, aggravent encore la situation humanitaire de la population civile et entravent les efforts d'évacuation, et exige par conséquent la fin de ces sièges ».

Elle « condamne toutes les violations du droit international humanitaire et les violations et abus des droits de l'homme, et demande à toutes les parties au conflit armé de respecter strictement le droit international humanitaire ».

L’Assemblée générale demande aussi aux États membres de financer intégralement les appels de fonds humanitaires pour la réponse en Ukraine et dans les pays voisins.