« Nous sommes dans une course contre la montre pour aider le peuple afghan » - Guterres

13 janvier 2022

Décrivant un « cauchemar qui se déroule en Afghanistan », le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a averti jeudi que le monde était « dans une course contre la montre pour aider le peuple afghan ».

Il y a deux jours, les Nations Unies ont lancé leur plus important appel humanitaire jamais lancé pour un seul pays, nécessitant plus de 5 milliards de dollars cette année.

S'adressant à des journalistes à New York, le chef de l'ONU a déclaré que l'ampleur de l'appel « reflète l'ampleur du désespoir ». « Des bébés vendus pour nourrir leurs frères et sœurs. Des établissements de santé glacials débordant d'enfants malnutris. Les gens brûlent leurs biens pour se réchauffer. Des moyens de subsistance à travers le pays ont été perdus ».

Actuellement, plus de la moitié de la population afghane dépend d'une assistance vitale.

Sans un effort plus concerté de la communauté internationale, a déclaré M. Guterres, « pratiquement chaque homme, chaque femme et chaque enfant en Afghanistan pourrait être confronté à une pauvreté extrême ».

Selon le Secrétaire général, lorsqu'elle est correctement financée, l'opération d'aide a la capacité d'obtenir des « résultats étonnants ».

Des familles déplacées affrontent un hiver glacial en Afghanistan.
© UNHCR/Andrew McConnell
Des familles déplacées affrontent un hiver glacial en Afghanistan.

Des millions de personnes ont besoin d'aide

L'année dernière, l'ONU et ses partenaires humanitaires ont aidé 18 millions de personnes à travers le pays, soit plus de 60 % de plus que l'année précédente.

Ces travailleurs humanitaires ont désormais accès à des zones et des communautés interdites d'accès depuis des années, mais les opérations humanitaires ont besoin de plus d'argent et de plus de flexibilité.

« Les températures glaciales et les capitaux gelés sont une combinaison mortelle pour le peuple afghan », a averti M. Guterres.

Le chef de l'ONU a également souligné les règles et les conditions qui empêchent l'argent d'être utilisé pour sauver des vies et l'économie, arguant qu'elles devraient être suspendues.

« Le financement international devrait être autorisé à payer les salaires des travailleurs du secteur public et à aider les institutions afghanes à fournir des soins de santé, une éducation et d'autres services vitaux », a-t-il déclaré.

M. Guterres a salué l'adoption par le Conseil de sécurité d'une exception humanitaire au régime de sanctions pour le pays, en décembre dernier.

Il estime que la décision offre aux institutions financières et aux acteurs commerciaux des assurances juridiques leur permettant de s'engager auprès des opérateurs humanitaires, sans crainte d'enfreindre les sanctions.

Injecter de l'argent dans l'économie

Pour éviter un effondrement économique, le Secrétaire général estime que la fonction de la Banque centrale afghane doit être préservée. En plus de cela, une voie pour la libération conditionnelle des réserves de change devrait être identifiée.

Selon lui, les Nations Unies prennent des mesures pour injecter de l'argent dans l'économie « par le biais d'arrangements autorisés créatifs », mais c'est « une goutte d'eau dans l'océan ».

Le Secrétaire général a souligné un exemple positif, le Fonds d'affectation spéciale pour la reconstruction de l'Afghanistan (ARTF), créé par la Banque mondiale.

Le mois dernier, l'institution a transféré 280 millions de dollars de ce fonds pour financer les opérations du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

« J'espère que les ressources restantes, plus de 1,2 milliard de dollars, seront disponibles pour aider le peuple afghan à survivre à l'hiver », a-t-il déclaré.

Alors qu'il lançait un appel à la communauté internationale, le Secrétaire général a lancé un « appel tout aussi urgent » aux dirigeants talibans, leur demandant de reconnaître et de protéger les droits humains fondamentaux des femmes et des filles.

« Partout en Afghanistan, les femmes et les filles manquent dans les bureaux et les salles de classe. Une génération de filles voit ses espoirs et ses rêves brisés. Les femmes scientifiques, avocates et enseignantes sont exclues, gaspillant des compétences et des talents qui profiteraient à tout le pays et, en fait, au monde », a-t-il dit. « Aucun pays ne peut prospérer en niant les droits de la moitié de sa population ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.