Gaza : le Conseil de sécurité appelle au respect total du cessez-le-feu et à la recherche d'une solution à deux États

23 mai 2021

Dans sa première déclaration depuis que le conflit a éclaté ce mois-ci entre Israël et les groupes armés palestiniens à Gaza, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé samedi à une « adhésion totale au cessez-le-feu » qui a mis fin à 11 jours de combats tôt vendredi matin.

Dans un communiqué de presse, l'organe de paix et de sécurité s'est félicité de l'annonce du cessez-le-feu et a reconnu les efforts de médiation diplomatique déployés par l'Égypte, d'autres pays de la région, les Nations Unies, le Quartet pour le Moyen-Orient « et d'autres partenaires internationaux ».

Bilan humain

Selon les chiffres publiés par le Bureau de coordination humanitaire des Nations Unies (OCHA) pour le Territoire palestinien occupé et vérifiés par le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies, 242 Palestiniens ont été tués depuis le 10 mai : 23 filles, 43 garçons, 38 femmes et 138 hommes.

Au moins 230 des morts ont apparemment été tués par les forces israéliennes, bien que l'OCHA ait signalé que certaines des victimes palestiniennes à Gaza pourraient être dues à des roquettes provenant de leur propre camp qui n’auraient pas atteint leur cible.

Le ministère de la Santé à Gaza a indiqué que 1.948 Palestiniens avaient été blessés, dont 610 enfants et près de 400 femmes.

Selon des sources israéliennes, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que 12 Israéliens avaient été tués par des roquettes palestiniennes ou d'autres tirs - ou alors qu'ils couraient pour se mettre à l'abri pendant les frappes ; cinq hommes, cinq femmes et deux enfants ; et environ 710 blessés.

Le deuil des vies perdues

Dans leur déclaration, les membres du Conseil de sécurité ont dit « pleurer la perte de vies civiles, résultant de la violence ».

Les Quinze ont également souligné « le besoin immédiat d'une assistance humanitaire à la population civile palestinienne, en particulier à Gaza ». Vendredi, le chef des opérations de secours de l'ONU, Mark Lowcock, a annoncé que 22,5 millions de dollars du Fonds d’intervention d’urgence  pour la réponse humanitaire (CERF) avaient été alloués pour répondre à la situation.

Parmi les infrastructures civiles touchées par les bombardements israéliens, 53 écoles ont été endommagées, ainsi que 6 hôpitaux, 11 centres de soins de santé primaires et le laboratoire central d'analyse Covid-19. Plus de 77.000 civils à Gaza ont dû fuir leurs maisons pour se protéger.

Cinq des dix lignes électriques fournissant de l'électricité à partir d'Israël ont été endommagées, ce qui a entraîné une baisse d'environ 45% du courant dans l'enclave. Au total, 258 bâtiments abritant des habitations et des commerces ont été détruits, et près de 770 autres habitations ne sont plus habitables, a indiqué l'OCHA.

Un programme de soutien « solide »

La déclaration du Conseil a apporté son soutien à l'appel lancé par le Secrétaire général de l'ONU António Guterres à la communauté internationale pour qu'elle travaille avec les Nations Unies « à l'élaboration d'un ensemble intégré et solide de mesures de soutien pour une reconstruction et un redressement rapides et durables ».

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné l'urgence du rétablissement complet du calme et ont réitéré l'importance de parvenir à une paix globale fondée sur la vision d'une région où deux États démocratiques, Israël et la Palestine, « vivent côte à côte en paix avec des frontières sûres et reconnues ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.