Syrie : l’ONU condamne des attaques meurtrières contre des civils dans le nord-ouest du pays

Des bâtiments détruits dans l'est de la ville d'Alep, en Syrie (archives).
OCHA/Halldorsson
Des bâtiments détruits dans l'est de la ville d'Alep, en Syrie (archives).

Syrie : l’ONU condamne des attaques meurtrières contre des civils dans le nord-ouest du pays

Paix et sécurité

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) ont condamné la récente vague d'attaques sanglantes dans le nord-ouest de la Syrie, dans le gouvernorat d'Alep et près de Bab al Hawa, à la frontière avec la Turquie.

« Le Secrétaire général condamne fermement la récente vague d’attaques dans le nord-ouest de la Syrie, qui a tué et blessé des dizaines de civils », a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint d’António Guterres dans un communiqué de presse.

Les bombardements à Alep dimanche ont été condamnés également fermement par le Coordinateur humanitaire pour la Syrie, Imran Riza, et le Coordinateur humanitaire régional pour la crise syrienne, Muhannad Hadi. Tous deux déplorent les dizaines de civils tués et blessés, dont certains étaient des enfants et des travailleurs hospitaliers. Ils appellent les parties au conflit à respecter la protection spéciale accordée aux hôpitaux ainsi que l'interdiction des attaques aveugles.

De son côté, le Secrétaire général a réaffirmé la nécessité d'un cessez-le-feu à l'échelle nationale, comme le demande la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité de l'ONU, et a appelé toutes les parties à renouveler immédiatement leur engagement en faveur d'une cessation des hostilités.

Selon l’OCHA, des obus d'artillerie ont touché le 21 mars l'hôpital chirurgical Al Atareb (également connu sous le nom d'hôpital Al Maghara) dans le gouvernorat d'Alep. L'incident a fait au moins six morts parmi les patients et les visiteurs, dont un garçon de dix ans. L'attaque a également blessé 16 civils, dont cinq membres du personnel médical. L'hôpital lui-même a subi d'importants dégâts, notamment dans les cliniques orthopédiques et d'urgence. 

Bombardement d'un quartier résidentiel d'Alep

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires fait aussi état de victimes civiles lors d'un  bombardement d'un quartier résidentiel de la ville d'Alep, ainsi que des frappes aériennes à proximité de zones densément peuplées où se trouvent des camps de personnes déplacées.

Toujours selon l'OCHA, des victimes civiles ont également été signalées le 21 mars dans les quartiers d'Al Firdous et d'Al Saliheen dans la ville d'Alep, à la suite de tirs d'artillerie. Les rapports indiquent que deux personnes ont été tuées et que 17 autres ont été blessées, dont deux enfants.

Des attaques aériennes ont par ailleurs été signalées près de Bab al Hawa, à la frontière entre la Syrie et la Turquie, où ont lieu les livraisons humanitaires transfrontalières de l'ONU qui permettent de sauver des vies.

Enfin, le Secrétaire général a réaffirmé que les attaques dirigées contre les civils et les infrastructures civiles, y compris les unités médicales telles que les hôpitaux, sont strictement interdites par le droit humanitaire international. Les responsables des crimes perpétrés en Syrie doivent rendre des comptes, a-t-il dit.