Covid-19 : une nouvelle étude préconise de garder ensemble les mères et les nouveau-nés (OMS)

16 mars 2021

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné mardi les risques liés à la séparation des nouveau-nés et de leur mère, alors que de nouvelles recherches montrent que l'on pourrait sauver jusqu'à 125 000 vies en les gardant ensemble pour assurer un contact peau à peau.

« Les perturbations des services de santé essentiels pendant la Covid-19 ont gravement affecté la qualité des soins fournis à certains des bébés les plus vulnérables, et cela inclut leur droit au contact vital dont ils ont besoin avec leurs parents », a déclaré Anshu Banerjee, Directeur à l'OMS de la santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent.

Dans de nombreux pays, si l'infection à la Covid-19 est confirmée ou suspectée, les nouveau-nés sont systématiquement séparés de leur mère, ce qui les expose à un risque accru de décès et de complications de santé à vie, selon l'agence.

Selon l'OMS, le risque est le plus élevé dans les pays les plus pauvres où l'on enregistre le plus grand nombre de naissances prématurées et de décès de nourrissons, et les perturbations des soins maternels de type kangourou - contact précoce et prolongé peau contre peau avec un parent, et allaitement exclusif - aggravent ces risques.

« Des décennies de progrès dans la réduction des décès d'enfants seront compromises si nous n'agissons pas maintenant pour protéger et améliorer les services de soins de qualité pour les mères et les nouveau-nés, et pour étendre la couverture des interventions qui sauvent des vies comme les soins maternels kangourou », a ajouté le Dr Banerjee.

Les nouvelles recherches, menées par l'OMS et ses partenaires, ont été publiées dans la revue Lancet EclinicalMedicine.

Soins maternels kangourou

Selon l'OMS, jusqu'à 125 000 vies de bébés pourraient être sauvées avec une couverture totale des soins maternels kangourou. Ce modèle de soins est particulièrement important pour les bébés nés prématurément (avant 37 semaines) ou d'un poids insuffisant à la naissance (moins de 2,5 kilogrammes), pour lesquels il a été démontré qu'il permettait de réduire la mortalité infantile de 40 %, l'hypothermie de plus de 70 % et les infections graves de 65 %.

Une mère et son nouveau-né dans un établissement de soins à Oulan-Bator, en Mongolie (photo d'archives).
Photo UNICEF/Jan Zammit
Une mère et son nouveau-né dans un établissement de soins à Oulan-Bator, en Mongolie (photo d'archives).

Queen Dube, Directrice de la santé au ministère de la santé du Malawi, l'un des auteurs du rapport, en a souligné les avantages.

« Les soins maternels kangourou sont l'un de nos moyens les plus rentables de protéger les nouveau-nés de petite taille et malades. D'après notre analyse, ces risques l'emportent de loin sur le faible risque qu'un nouveau-né contracte une maladie grave à cause de la Covid-19 », a déclaré le Dr Dube.

L'OMS a conseillé aux mères de continuer à partager une chambre avec leur bébé dès la naissance et de pouvoir l'allaiter et pratiquer le contact peau à peau - même lorsque des infections à la Covid-19 sont suspectées ou confirmées - et de bénéficier d'un soutien pour assurer des pratiques appropriées de prévention des infections.

Faible risque de Covid-19

Queen Dube a également noté que les études ont montré que les nouveau-nés infectés par la Covid-19 ne présentaient généralement aucun symptôme ou une maladie légère, avec un faible risque de décès néonatal, la nouvelle étude estimant que le risque que les nouveau-nés attrapent la Covid-19 entraînerait moins de 2 000 décès.

Cependant, l'infection pendant la grossesse peut entraîner un risque accru de naissance prématurée, ce qui signifie qu'il est encore plus important de veiller à ce que les soins appropriés soient dispensés pour soutenir les bébés prématurés et leurs parents pendant la pandémie de Covid-19, a ajouté l'OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.