Bosnie-Herzégovine : des milliers de migrants sans abri après l'incendie d'un camp

24 décembre 2020

L'incendie qui a frappé, mercredi, un camp de migrants en Bosnie-Herzégovine a laissé des centaines d'entre eux sans abri et sans protection, alors que les températures hivernales ont chuté, a indiqué l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La quasi-totalité des infrastructures du Lipa Emergency Tent Camp, qui abritait environ 1.400 migrants, ont été détruites ou gravement endommagées. En outre, il y a quelque 1.500 migrants, demandeurs d'asile et réfugiés - dont des femmes et des enfants - bloqués dans des squats et des camps situés dans la forêt à côté. 

Avec cette destruction, le nombre total de personnes ayant un besoin urgent d'assistance a augmenté pour atteindre près de 3.000, selon l'OIM.  

« C'est un scénario cauchemardesque : ces personnes devraient être à l'intérieur dans des conditions chaudes, comme le fait le reste de l'Europe en cette période de vacances », a déclaré mercredi Peter Van der Auweraert, chef de mission de l'OIM dans le pays. 

Situé dans le nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, près de la frontière avec la Croatie, le camp a été construit au début de l'année en réponse à la surpopulation et aux conditions inadaptées qui règnent ailleurs.

« Pour plusieurs raisons, principalement politiques, il n'a jamais été connecté à l'alimentation principale en eau ou en électricité, et n'a jamais été viabilisé pour l'hiver. Et maintenant, avec cet incendie, il ne le sera jamais », a ajouté M. Van der Auweraert. 

Zéro capacité supplémentaire

Selon le responsable onusien, les migrants sont toujours dans la région, certains prévoyant de se rendre dans la capitale Sarajevo, tandis que d'autres trouveront des endroits pour dormir dans la rue sur place. 

« Ce qui nous préoccupe, c'est que beaucoup ont dit qu'ils iraient à Sarajevo ou à Velika Kladuza, plus au nord, mais nous savons déjà qu'il n'y a aucune capacité supplémentaire dans aucun des refuges pour hommes seuls. Cela va probablement pousser les gens à se rapprocher de la frontière », a-t-il déclaré. 

L'OIM et ses partenaires humanitaires, dont la Croix-Rouge et le Conseil danois pour les réfugiés, ont déjà distribué des fournitures vitales, notamment des vêtements chauds, des sacs de couchage, de la nourriture et des kits d'hygiène à quelque 1.500 personnes touchées. 

« Nous allons augmenter le nombre d'équipes de distribution et la quantité de produits pour essayer de faire face à cette nouvelle situation », a ajouté le responsable de l'OIM.  

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Plus de 3.000 migrants morts cette année malgré le confinement mondial lié à la Covid-19 (OIM)

Malgré plus de « 90.000 restrictions de voyage et de mobilité liées au coronavirus imposées dans le monde entier », des dizaines de milliers de personnes en situation désespérée continuent de se lancer dans des voyages dangereux à travers les déserts, les jungles et les mers, avec des milliers de morts en cours de route.