Tabagisme : l’OMS lance une campagne pour aider 100 millions de personnes à arrêter de fumer

8 décembre 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé, mardi, une campagne mondiale pour « s’engager à arrêter de fumer ». 

Cette nouvelle campagne de l’OMS pour l’arrêt du tabac a été lancée en utilisant l’application WhatsApp et une publication intitulée « Plus de 100 raisons d’arrêter de fumer ». Selon l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, cette initiative contribuera ainsi à créer « des environnements plus sains et plus propices à l’arrêt du tabac ».

La campagne préconise des politiques de sevrage tabagique fortes, d’améliorer l’accès aux services de sevrage ou sensibiliser aux tactiques de l’industrie du tabac. L’OMS entend aussi donner aux consommateurs de tabac les moyens de réussir leurs tentatives d’arrêt grâce à ses initiatives « quittons et gagnons ».

Dans le monde, quelques 780 millions de personnes disent vouloir arrêter de fumer, mais seulement le tiers d’entre elles ont accès aux moyens qui peuvent les aider à le faire. En collaboration avec ses partenaires, l’OMS fournira donc aux personnes les outils et les ressources nécessaires pour réussir leur tentative d’arrêter de fumer.

« Des millions de personnes dans le monde veulent arrêter de fumer », a rappelé le Dr Ruediger Krech, directeur de la promotion de la santé à l’OMS. « Nous devons saisir cette occasion et investir dans des services pour les aider à réussir, tout en exhortant chacun à se défaire de l’industrie du tabac et de ses intérêts », a-t-il ajouté.

Le tabagisme tue 8 millions de personnes par an

Dans le cadre de cette campagne, des outils d’aide à l’arrêt de la cigarette, tant au niveau mondial que régional, seront mis en place. 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, l’agent de santé numérique de l’OMS sera disponible pour aider les gens à arrêter de fumer. Cette permanence est offerte dans un premier temps en anglais et le sera bientôt en arabe, en chinois, en français, en russe et en espagnol. Afin de créer des environnements propices à l’arrêt du tabac, l’agence onusienne a également travaillé avec des partenaires et des pays du monde entier pour mettre en œuvre des mesures de lutte antitabac qui réduisent efficacement la demande de tabac.

Dans ce combat contre le tabagisme, l’OMS créera et développera aussi des communautés numériques où les gens pourront trouver le soutien social dont ils ont besoin pour arrêter de fumer. C’est la raison pour laquelle, elle accueille favorablement les nouvelles contributions des partenaires, notamment des entreprises du secteur privé comme la méthode Easyway d’Allen Carr, Amazon Web Services, Cipla, Facebook et WhatsApp, Google, Johnson & Johnson, Praekelt et Soul Machines.

Plus largement, l’agence onusienne estime qu’arrêter de fumer reste « un défi, surtout avec les pressions sociales et économiques supplémentaires qui ont suivi durant la pandémie du coronavirus ». « La pandémie de Covid-19 a conduit des millions de fumeurs à dire qu’ils veulent arrêter de fumer », fait valoir l’OMS, qui ajoute que la campagne soutiendra au moins 100 millions de personnes qui tentent d’arrêter de fumer par l’intermédiaire de communautés d’arrêt du tabac.

« Le tabagisme tue 8 millions de personnes par an, mais si les fumeurs ont besoin de plus de motivation pour arrêter de fumer, la pandémie constitue la bonne incitation », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’accent mis sur les pays où vivent la majorité des consommateurs de tabac dans le monde

Au début de l’année, l’OMS a publié un dossier scientifique montrant que les fumeurs courent un risque plus élevé de développer une maladie grave et de mourir à cause de la Covid-19. Le tabac est également un facteur de risque majeur pour les maladies non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires et le diabète. De plus, les personnes qui vivent avec ces maladies sont plus vulnérables aux formes de Covid-19 graves.

Dans ces conditions, l’OMS appelle tous les gouvernements à faire en sorte que leurs citoyens aient accès à des conseils succincts, à des lignes téléphoniques gratuites pour l’arrêt du tabac, à des services mobiles et numériques d’aide à l’arrêt du tabac, à des thérapies de substitution de la nicotine et à d’autres outils qui ont fait leurs preuves. « Des services efficaces offerts pour cesser de fumer améliorent la santé, sauvent des vies et permettent d’économiser de l’argent », insiste l’agence onusienne.

Dans le cadre de cette campagne numérique, l’accent sera mis sur les pays à forte charge où vivent la majorité des consommateurs de tabac dans le monde. Parmi les pays ciblés par la campagne figurent la Jordanie, l’Iran, le Pakistan, le Bangladesh, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, les Philippines, le Suriname, le Viet Nam et Timor-Leste. La campagne de sensibilisation sera également menée dans certains pays européens (Allemagne, Pologne, Turquie, Russie et Ukraine) et dans les Amériques (Brésil, Mexique, et Etats-Unis). Sur le continent africain, l’Éthiopie, le Nigeria et l’Afrique du Sud font partie du lot des pays ciblés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le tabac est responsable de 20% des décès dus aux maladies coronariennes (OMS)

Chaque année, 1,9 million de personnes meurent de maladies cardiaques provoquées par le tabac, selon un nouveau rapport conjoint publié mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Fédération mondiale du cœur et l'Université de Newcastle, en Australie, à l'occasion de la Journée mondiale du cœur, qui sera célébrée le 29 septembre.