Libye : le chef de l’ONU salue l’accord de  cessez-le-feu signé à Genève, « étape fondamentale vers la paix et la stabilité »

23 octobre 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué l’accord de cessez-le-feu signé vendredi à Genève par les belligérants libyens sous l’égide des Nations Unies, le qualifiant « d’étape fondamentale vers la paix et la stabilité en Libye ».

« Je félicite les parties d'avoir fait passer l'intérêt de leur nation avant leurs divergences », a déclaré M. Guterres lors d’un point de presse au siège des Nations Unies à New York.

« Trop de gens souffrent depuis trop longtemps. Trop d'hommes, de femmes et d'enfants sont morts des suites du conflit », a-t-il ajouté.

L'accord a été négocié dans le cadre de la Commission militaire mixte libyenne 5 + 5, et les pourparlers ont été facilités par les Nations Unies sur la base des résolutions 2510 et 2542 du Conseil de sécurité. Il est le résultat de quatre séries de négociations tenues depuis février cette année.

Le cessez-le-feu fait également suite à une réunion au début du mois coprésidée par le Secrétaire général de l’ONU et le Ministre allemand des affaires étrangères.

Photo ONU/Violaine Martiin
La cheffe de la Mission d'appui des Nations Unies pour la Libye, Stephanie Williams, lors d'une session de la Commission militaire mixte libyenne le 19 octobre 2020.

Un accord de cessez-le-feu avec effet immédiat

Le chef de l’ONU a remercié sa Représentante spéciale par intérim pour la Libye et cheffe de la Mission d’appui des Nations Unies pour ce pays (MANUL), Stephanie Williams, qui a accompagné les parties libyennes dans cet effort.

Lors d’une conférence de presse à Genève, Mme Williams a indiqué qu’il s’agissait d’un accord de cessez-le-feu « complet, national et permanent avec effet immédiat ». 

Les belligérants ont convenu que toutes les unités militaires et les groupes armés en première ligne retourneront dans leurs camps. Cela s'accompagnera du départ de tous les mercenaires et combattants étrangers de tous les territoires libyens - terrestre, aérien et maritime - dans un délai maximum de trois mois à compter de ce jour.

« Le cessez-le-feu ne s'applique pas aux groupes terroristes désignés par l'ONU », a précisé Mme Williams.

Le Secrétaire général a remercié « tous les pays qui soutiennent cette médiation » et a appelé toutes les parties prenantes et les acteurs régionaux à respecter les dispositions de l'accord de cessez-le-feu et à assurer sa mise en œuvre sans délai.

« Je demande à la communauté internationale d’aider les Libyens à mettre en œuvre le cessez-le-feu et à mettre fin au conflit. Cela comprend le respect total et inconditionnel de l'embargo sur les armes du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Il a exhorté les parties libyennes à maintenir l'élan actuel et à faire preuve de la même détermination pour parvenir à une solution politique au conflit, résoudre les problèmes économiques et faire face à la situation humanitaire.

M. Guterres a indiqué que la MANUL se préparait à reprendre le Forum de dialogue politique libyen. « Il n'y a pas de solution militaire au conflit en Libye. Cet accord de cessez-le-feu est une étape cruciale. Il reste encore beaucoup de travail à faire », a-t-il dit.

Dans le contexte de ses appels répétés à un cessez-le-feu mondial pour concentrer les énergies sur la pandémie de Covid-19, le Secrétaire général a estimé que le moment était venu de mobiliser tous les efforts pour soutenir les médiations en cours pour mettre fin aux conflits au Yémen, en Afghanistan, en Arménie et en Azerbaïdjan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Libye, l’heure est venue de mettre fin à un conflit qui dure depuis trop longtemps

Les Nations Unies ont réaffirmé, lundi, que la résolution de la crise en Libye reste une priorité absolue. L’ONU et l’Allemagne ont coprésidé le 5 octobre une réunion de haut niveau sur la Libye, pays d’Afrique du nord en proie à une guerre civile fratricide depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.