Conflit israélo-palestinien : l’envoyé de l’ONU appelle à relancer la diplomatie

21 juillet 2020

L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a plaidé mardi devant le Conseil de sécurité pour une relance des efforts diplomatiques visant à mettre fin au conflit entre Israéliens et Palestiniens et à mettre en oeuvre une solution à deux Etats, Israël et Palestine.

Actuellement, les Palestiniens et les Israéliens sont confrontés à la fois à une crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19, à une crise économique due aux mesures de confinement, et à une confrontation politique croissante, motivée par la menace d'annexion israélienne de certaines parties de la Cisjordanie occupée, et les mesures prises en réponse par les dirigeants palestiniens, y compris la fin de la coordination sécuritaire et civile, a souligné Nickolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, devant les membres du Conseil.

« Ces développements ne se produisent pas dans le vide. La dynamique actuelle jette une lumière crue sur la réalité quotidienne du conflit et sur l’impératif de le résoudre par des négociations entre les parties. Ils mettent en outre en évidence le caractère intenable de l’occupation et la nécessité de mettre à jour les accords qui définissent les relations entre les deux parties dans l’intérêt de la paix », a-t-il ajouté.

Rejet de l’annexion par la communauté internationale

L’envoyé de l’ONU a noté que ces dernières semaines, la région et la communauté internationale dans son ensemble ont continué d'exprimer leur ferme rejet de l'annexion.

« Aujourd'hui, il ne suffit pas de réaffirmer notre opposition à l'annexion. Aujourd'hui, nous devons discuter de ce qui peut et doit être fait pour améliorer la situation sur le terrain, préserver la perspective d'une solution à deux États, augmenter les chances de négociations significatives pour une résolution pacifique du conflit et protéger ces efforts des saboteurs, des radicaux et des extrémistes », a déclaré M. Mladenov à l’adresse du Conseil de sécurité.

Il a réitéré l’appel lancé par le Secrétaire général de l’ONU aux membres du Quatuor pour le Moyen-Orient, aux pays arabes, aux dirigeants israéliens et palestiniens à se réengager d’urgence. « Nous devons relancer la diplomatie ! », a-t-il dit.

Selon lui, ces dernières années, « ces types de discussions sont restés trop longtemps en sommeil, ce qui a permis aux deux parties de s'éloigner davantage sur des voies divergentes ».

« L’action unilatérale et la menace d’une action unilatérale ont fait apparaître l’objectif de plus en plus lointain. Ce n'est qu'en s'engageant ensemble, sur la base de principes et d'aspirations partagés, que nous pouvons identifier des mesures réalistes pour éviter une polarisation croissante et faire progresser l'objectif de deux États, vivant côte à côte dans la paix, la sécurité, la reconnaissance mutuelle et l'intégration dans la région », a dit M. Mladenov.

« Nous devons profiter de l'opportunité offerte par les crises actuelles pour avancer et pour retrouver la voie vers une solution négociée à deux États, fondée sur une résolution juste et durable du conflit conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies, aux accords bilatéraux et au droit international », a-t-il ajouté.

Il a indiqué que le Secrétaire général et l'ONU poursuivraient leurs efforts « pour ressusciter un dialogue entre toutes les parties prenantes, sans conditions préalables, et dans l'intérêt de la paix et d'une résolution négociée du conflit ».

« Pour que ces efforts aient une chance de succès, il faut une volonté politique de toutes les parties. Dans le cas contraire, la voie vers une solution négociée risque de devenir rapidement imprévisible, évoluant plutôt vers une réalité à un État d'occupation et de conflit perpétuels », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.