L'ONU présente une feuille de route pour l'élargissement de la coopération numérique dans l'ère post-Covid-19

11 juin 2020

Le Secrétaire général des Nations Unies a lancé ce jeudi la feuille de route pour la coopération numérique. L'objectif est de faire en sorte que tous les individus soient connectés et respectés dans l'espace virtuel. Ce document est le résultat d'un effort mondial sur des questions telles que l'internet, l'intelligence artificielle et d'autres technologies numériques.

« Pour tirer pleinement parti des avantages et limiter les dommages éventuels, il est nécessaire de veiller à ce que l'ère numérique soit définie par une coopération internationale accrue », a déclaré António Guterres.

Selon lui, la feuille de route arrive à un moment critique où la pandémie de Covid-19 accélère la numérisation, mais amplifie les opportunités et les défis.

António Guterres a cité la recherche collective sur les vaccins, le travail et l'enseignement à distance, le commerce électronique et d'autres facteurs de cette nouvelle réalité. Mais il a noté qu'il existe également des divisions numériques car beaucoup n'ont pas accès à l'Internet.

Selon l'Union internationale des télécommunications (UIT), près de la moitié de la population mondiale, soit 46,4 %, n'est pas encore en ligne.

Le chef de l'ONU cite également des préoccupations telles que les cyber-attaques, la désinformation, le respect de la vie privée et la sécurité sur le réseau mondial.

L’internet plus rapide que les politiques

La nouvelle feuille de route pour la coopération numérique rappelle que l'internet évolue plus rapidement que les politiques nationales et internationales du secteur. C'est pourquoi le document recommande des actions concrètes.

Le Secrétaire général demande « à tous les États membres et aux partenaires de l'industrie et de la société civile de développer la collaboration dans le domaine des technologies numériques ».

Selon António Guterres, seule la coopération permettra de « connecter tous les peuples d'ici 2030, de respecter les droits de l'homme en ligne et de protéger les plus vulnérables des dangers de l'ère numérique ».

La feuille de route est basée sur les recommandations du groupe de haut niveau sur la coopération numérique et sur les contributions des États membres, du secteur privé, de la société civile, de la communauté technique et d'autres groupes.

Selon l'ONU, le groupe, présidé par les entrepreneurs Melinda Gates et Jack Ma, représente « une combinaison sans précédent de disciplines et de secteurs, ainsi qu'une diversité géographique, de sexe et d'âge ».

La feuille de route prévoit huit étapes pour une meilleure coopération :

o Réaliser la connectivité universelle d'ici 2030, afin que chacun ait un accès sûr et bon marché à l'internet ;

o Promouvoir les biens publics numériques pour ouvrir un monde plus équitable.

o Assurer l'inclusion numérique pour tous, y compris les groupes les plus vulnérables.

o Renforcer l'autonomisation numérique, accroître le développement et la formation dans le monde entier.

o Assurer la protection des droits de l'homme à l'ère numérique, tant en ligne que hors ligne.

o Soutenir la coopération mondiale en matière d'intelligence artificielle, avec une approche fondée sur les droits de l'homme et la promotion de la paix.

o Favoriser la confiance et la sécurité en créant un dialogue mondial pour promouvoir les objectifs de développement durable.

o Construire une architecture plus efficace pour la coopération numérique, où la gouvernance est une priorité et basée sur la position des Nations Unies.

Après la remise du rapport en juin 2019, une série de consultations a été organisée avec les parties prenantes.

Assemblée générale : évolution technologique et ODD

Ce jeudi également, l'Assemblée générale tient un débat virtuel de haut niveau sur l'impact de l'évolution technologique rapide sur les Objectifs de développement durable (ODD).

Le Secrétaire général, António Guterres, et le Président de l’Assemblée générale, Tijjani Muhammad-Bande, participent à cette réunion.

Muhammad-Bande a déclaré que « la responsabilité de la communauté internationale est de veiller à ce que les changements technologiques rapides et leurs impacts économiques, sociaux et éthiques soient pris en compte et fassent l'objet d'une réponse appropriée ».

Pour l’ONU, le Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mukhisa Kituyi, le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao, et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires économiques et sociales, Liu Zhenmin, ont également pris la parole.

Sonia Jorge, Directrice exécutive de l'Alliance pour un Internet accessible, et Kriti Sharma, fondatrice de l'ONG All for Good, ont parlé au nom de la société civile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : pour Guterres, le monde d’après doit aligner la valeur économique sur la valeur sociale

Pour le chef de l’ONU, la reconstruction du monde de l’après coronavirus doit être l’occasion de façonner un avenir plus juste, plus écologique, plus résilient et plus inclusif.