L’ONU veut aider 93 millions de personnes dans le monde en 2019

4 décembre 2018

Les Nations Unies ont lancé ce mardi à Genève un appel de fonds de 21,9 milliards de dollars pour subvenir aux besoins de 93,6 millions de personnes parmi les plus vulnérables dans le monde.

En 2019, « les besoins humanitaires vont rester importants », a déclaré devant la presse le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock, soulignant que « la situation s’est détériorée dans certains pays et dans d’autres, elle s’améliore ».

Contrairement aux années précédentes, le montant requis n’est pas totalement arrêté dans l’appel lancé mardi à Genève par le chef des affaires humanitaires.

Il atteint pour le moment 21,9 milliards de dollars auxquels doit encore s’ajouter le chiffre pour la Syrie, dont l’appel sera confirmé lors de la finalisation du Plan de réponse humanitaire 2019 pour la Syrie. L’enveloppe totale devrait dépasser celle demandée pour 2018. « Les financements requis, au total, y compris ceux pour la Syrie, devraient avoisiner les financements requis actuels, soit près de 25 milliards de dollars », précise l'OCHA.

De façon générale, l'OCHA rappelle que « les crises affectent un plus grand nombre de personnes, durent plus longtemps et les conflits demeurent la cause principale des besoins humanitaires et de protection ». 

Premier enseignement de cet appel, le nombre de personnes qui aura besoin d’assistance est passé de plus de 135 à moins de 132 millions. En revanche, l’ONU veut aider 93,6 millions de personnes, davantage que les 90 millions dans son appel fin 2017.

En quatre ans, son action par pays est passée en moyenne d’un peu plus de 5 ans à plus de 9 ans. L’OCHA justifie cette évolution par le fait que le monde se retrouve confronté à « des besoins humanitaires extrêmement élevés essentiellement dus aux conflits armés qui engendrent d’énormes souffrances humaines et des déplacements pendant des périodes de plus en plus longues ».

Détérioration de la situation au Yémen, mais aussi en Syrie, RDC et Soudan du Sud

Selon l’ONU, les besoins globaux en 2019 sont comparables à ceux de cette année. Mais c’est au Yémen que l’action de l’ONU sera la plus importante. « Le Yémen sera le pays avec les plus grands problèmes », a précisé M. Lowcock.

De 8 millions actuellement, les organismes humanitaires veulent apporter une aide alimentaire d’urgence à 12 millions de personnes par mois en 2019. Au total, l’ONU demande 4 milliards de dollars pour aider 15 millions de personnes, soit 60% de la population affectée.

La situation humanitaire est également préoccupante en Syrie. Dans ce pays, sur les13 millions de personnes dans le besoin, l’ONU prévoit de venir en aide à 11,2 millions de Syriens.

Outre l’Ethiopie et le Nigéria, l’ONU portera également une attention particulière à la République démocratique du Congo (RDC), avec 9 millions de personnes ciblées sur les 12,8 millions vulnérables. Mais en termes de financement demandé, la RDC est toutefois dépassée par le Soudan du Sud et ses voisins pour lesquels l’ONU souhaite 2,9 milliards de dollars.

UNICEF/Gilbertson V
En novembre 2018, 1,5 million d'enfants avaient toujours besoin d'une assistance humanitaire en République centrafricaine.

 

De plus, il y a une détérioration de la situation humanitaire au Cameroun, mais aussi en République centrafricaine où, selon M. Lowcock, « nous assistons à une recrudescence des conflits et de la violence ».

En Amérique latine, l’ONU a demandé 740 millions de dollars pour la crise vénézuélienne. En revanche, les besoins sont réduits en Somalie, en Iraq, en Haïti ou au Burundi. Par ailleurs, l’ONU estime que le Burkina Faso, la Mauritanie et le Sénégal n’ont plus besoin d’assistance.

Outre les conflits, un effort sera mené face aux désastres qui affectent environ 350 millions de personnes par an. D’autant plus qu’un courant chaud El Niño pourrait être observé en 2019.

Selon l'OCHA, les catastrophes naturelles et le changement climatique ont aussi eu un coût humain élevé. Les catastrophes affectent en moyenne 350 millions de personnes chaque année et causent des milliards de dollars de dégâts.

En 2018, l’ONU a aidé des millions de personnes dans plus de 40 pays

A noter qu’en 2018, l’ONU a pu atteindre des millions de personnes dans plus de 40 pays.

Par exemple, chaque mois, les acteurs humanitaires apportent une aide alimentaire à 8 millions de Yéménites, ainsi que des fournitures, une aide médicale et de la protection à 5,4 millions de Syriens, tout cela malgré l’augmentation des menaces sur la sécurité des travailleurs humanitaires.

A la mi-novembre de cette année, les donateurs ont assuré un financement record de 13.9 milliards de dollars, soit 10% de plus qu’à la même période en 2017, qui avait alors déjà constitué un record.

« Malgré la générosité croissante des donateurs, chaque année, un écart persiste entre ce qui est demandé et le financement reçu », a déclaré Mark Lowcock.

Dans ces conditions, l’ONU entend améliorer la coordination avec la programmation du développement en 2019 pour « aider à réduire les futurs financement requis en s’attaquant aux causes profondes des besoins humanitaires et en renforçant la résilience des communautés ».

OCHA/Eve Sabbagh
Au Sénégal, en Afrique de l'Ouest, la sécheresse persistante signifie qu'il y a moins de nourriture pour le bétail. (Mai 2018)

 

« Une action rapide et un financement innovant, tels que l’assurance du risque et le financement des plans de contingence, peut aider à y remédier », a ajouté Mark Lowcock. « Le système humanitaire aujourd’hui est plus efficace que jamais », a-t-il reconnu.

« Nous sommes meilleurs dans l’identification des vulnérabilités et des besoins particuliers des différents groupes et répondons plus rapidement aux catastrophes qui surviennent », a ajouté le chef de l'humanitaire de l'ONU.

L’Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2019 est basé sur les Plans de réponse humanitaire des pays suivants : Afghanistan, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo, Ethiopie, Haïti, Iraq, Libye, Mali, Myanmar, Niger, Nigéria, Territoire palestinien occupé, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Syrie [à l’exception des financements requis], Ukraine et Yémen.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La situation se détériore de manière alarmante au Yémen, met en garde un haut responsable de l'ONU

La situation au Yémen s'est détériorée de manière alarmante et le pays est au bord d'une « catastrophe majeure », a déclaré Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, à son retour de mission au Yémen samedi.